Jeudi dernier, le 33e RIMa a procédé à une présentation statique puis dynamique des capacités d’intervention en cas de catastrophe naturelle.

ARMEE-2-20160621--Hurex-MASCAL-60.jpg
Au cœur de l’exercice Hurex sur le site de la Belle Créole (© 33e RIMa)
 
Du 9 au 24 juin, une trentaine de militaires du 33e régiment d’infanterie de marine en provenance de Martinique étaient déployés dans les îles du Nord afin d’effectuer une mission de souveraineté. Les soldats français ont également participé à un entraînement opérationnel d’intervention des moyens civils et militaires sur les deux parties de notre territoire en compagnie de leurs homologues de l’armée néerlandaise. En effet, les Antilles constituent un espace d’intérêt commun pour la France et le royaume des Pays-Bas.
 
Outre l’intervention d’urgence et l’assistance à la population après une catastrophe naturelle, les Pays-Bas et la France ont la volonté de maintenir et d’approfondir cette coopération en matière de lutte contre les trafics illicites de stupéfiants. La présentation du jeudi 23 juin ne portait toutefois que sur l’aspect assistance à la population.
 
« Si quelqu’un doit intervenir en cas de catastrophe naturelle, ce sera le régiment de la Martinique, rappelle le chef de corps Thierry Provendier. Nous entretenons des relations avec nos camarades hollandais avec qui nous réalisons un exercice baptisé ‘Hurex’ comme ‘Hurricane Exercise’ dont le but est de travailler ensemble et de nous connaître. Le scénario est basé sur un cyclone qui passe sur l’île de Saint-Martin et qui engendre beaucoup de dégâts. » Cet entraînement a pour objectif d’améliorer la capacité d’intervention commune et l’interopérabilité des forces françaises et hollandaises sur notre île si singulière et où cohabitent les deux nations.
 
OPÉRATIONNEL EN 24 HEURES
En cas de catastrophe naturelle, si le besoin s’en fait sentir et en plus du dispositif Orsec, la préfète peut donc prendre la décision de faire appel à l’armée. Le chef Provendier a rappelé que 150 marsouins basés en Martinique sont capables d’intervenir dans les îles du Nord en seulement 24 heures et en s’affranchissant des contraintes portuaires. Le haut gradé a également précisé que la mission du 33e RIMa est importante pour les îles françaises mais aussi étrangères, comme lors d’interventions en Haïti ou à la Dominique. Son régiment entretient d’ailleurs beaucoup de relations avec les pays de la Caraïbe dans un souci de bonne intégration à leurs dispositifs d’intervention.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.