Temps de lecture estimé : 2 minutes
Depuis plusieurs semaines, la partie hollandaise de l’île vit au rythme des coupures d’électricité.

Pas de jus entre une à trois fois par jour, jusqu’à une à deux heures chaque fois. Et ce sont surtout les quartiers résidentiels qui sont privés de courant, les quartiers d’affaires étant eux relativement épargnés. La GEBE, compagnie de Sint Maarten de production et de distribution de l’électricité, publiait lundi dernier un communiqué faisant état d’une obligation de délestages, la production actuelle étant dans l’impossibilité de répondre à la demande.
 
La cause de ces délestages : la révision et la maintenance de plusieurs moteurs défectueux de la Centrale. En effet, trois de ses moteurs qui fournissent un total de 18 mégawatts d’électricité ont été endommagés, dont l’un qui a subi un incendie et est en attente de recevoir des pièces pour sa réparation (délai de livraison d’environ 10 semaines). Un autre moteur est tombé en panne pendant le week-end, mais a pu être réparé le jour même. C’est enfin un autre moteur qui produit 11 mégawatts d’électricité qui a subi à plusieurs reprises des défaillances techniques la semaine dernière, engendrant des interruptions d’électricité. Ce sont donc 5 moteurs sur les 18 que compte la centrale électrique, qui fonctionneraient au ralenti…
 
Par ailleurs, pour faire face à la saison cyclonique qui vient de démarrer, la GEBE procède aux révisions et aux travaux de maintenance d’usage de la centrale électrique. La compagnie GEBE demande à ses clients d’être patients et assure qu’elle met tout en œuvre afin que cette situation ne perdure pas.
 
 
Incident à la Centrale de Galisbay mercredi
Mercredi matin à 10 heures, un incident technique est survenu cette fois côté français à la centrale de Galisbay. EDF évoque « la défaillance d’un équipement électrique ». L’incident a provoqué une interruption de fourniture électrique pour 13.000 foyers en partie française. En fin de matinée la situation était rétablie, sauf pour 1500 clients situés sur Quartier d’Orléans et les Terres Basses, qui ont dû patienter un peu plus longtemps avant le retour à la normale.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.