Temps de lecture estimé : 4 minutes
La Collectivité vient de lancer l’appel d’offres pour la maîtrise d’œuvre concernant l’aménagement de ce nouvel axe routier qui permettra de désengorger la RN7.

Saint-Martin, sa route nationale et ses interminables embouteillages… Avec quelque 20.000 véhicules par jour en moyenne et une circulation qui se congestionne dès l’entrée en haute saison touristique, impossible de faire un Marigot – Grand-Case en quelques coups d’accélérateurs. Pour peu que la RN7 subisse des travaux de voierie ou que se produise un accident, et c’est toute la circulation qui se congestionne en un rien de temps sur ce réseau unifilaire. Mais le doux rêve d’un axe secondaire, caressé depuis quelques années, commence à prendre corps.

Rien à voir avec le projet pharaonique monté sur viaduc qui défraye la chronique sur l’île de la Réunion. Ici, il s’agit surtout de désengorger la route nationale en déviant une partie de la circulation sur le littoral, entre Galisbay et la Savane. Cette liaison secondaire est d’ailleurs inscrite dans le schéma directeur routier de la Collectivité, mis à jour en 2015. Un document de programmation qui a déjà été modifié deux fois depuis 2005 compte tenu de l’évolution démographique, et présente une série de projets pour améliorer la circulation et donc, le cadre de vie de notre territoire. Estimée à hauteur de 17,5 M€, hors coût d’achat du foncier, la route Galisbay – La Savane est la plus ambitieuse des réalisations envisagées. Et la Collectivité vient de mettre la première pierre à l’édifice en publiant, le 28 juin dernier, l’avis de marché de maîtrise d’œuvre pour l’aménagement de ce nouvel axe routier. Les prestataires ont jusqu’au 29 juillet pour rendre leur copie et à compter de la mi-septembre, le projet pourra entrer dans sa première phase : les études préliminaires.
 
PLUSIEURS OPTIONS
Depuis la Savane, deux options sont possibles pour le raccordement à la RN7 : soit au niveau de l’entré de Happy Bay / Friar’s Bay à la sortie de Grand-Case, soit un embranchement un peu plus loin, à hauteur de la caserne des pompiers. En outre, cette nouvelle route littorale peut être assortie de voies secondaires : Anse des pères / Galisbay (coût estimé à 6,8 M€) et Galisbay / Morne Valois (estimé à 3,3 M€).
 
UNE ROUTE LITTORALE ET DES CONTRAINTES
 
Cet axe appelé à longer la côte désenclavera des sites jusque là difficiles d’accès. Sur le plan économique, il fera la liaison avec le port de Commerce de Galisbay, générateur d’un important trafic de poids lourds. Mais le chantier s’avèrera techniquement ardu car il comprend des aménagements pour le passage du morne Bienvenue à Galisbay, celui de l’exutoire de l’étang Guichard à Friar’s Bay et le traitement lié au tracé littoral de la route, sans dénaturer le paysage… La section qui implique les travaux les plus lourds se situe donc entre Friar’s Bay et Galisbay
 
À L’HORIZON 2020
Ce chantier conséquent ne se fera pas en un claquement de doigts car plusieurs contraintes vont s’opposer à la Collectivité. Le foncier tout d’abord, puisqu’il faudra envisager d’acquérir les terrains qui n’appartiennent pas à la Collectivité, avec toutes les procédures de déclaration d’utilité publique que cela implique. A l’instar du projet d’agrandissement de l’aéroport de Grand-Case, on sait le temps que peut prendre la négociation avec un propriétaire terrien… La Collectivité devra également mobiliser un budget conséquent même s’il elle peut, dans un premier temps, s’adosser aux fonds Feder pour la phase d’étude.
 
Dans le meilleur des cas, le bitume pourrait être posé en 2020, après deux années d’études et autant de travaux. A moins que le projet retourne dans les tiroirs, faute de financements.
 
 
Le chiffre
43,2 M€
C’est le coût estimé de la restructuration du réseau routier de Saint-Martin (hors coût d’achat du foncier) tel qu’ambitionné dans le schéma directeur de la COM. La liaison Galisbay – La Savane représente à elle seule 40,5% de cette enveloppe. Parmi les autres projets envisagés pour améliorer la circulation, on trouve la route d’Orient Bay pour accéder aux carbets, le contournement de la Savane, l’accès à Anse Marcel ou encore le contournement de l’aéroport de Grand-Case.
 
 
Aussi sur les rails :
le contournement du boulevard de Grand-Case

C’est un autre projet inscrit dans le schéma directeur routier de la COM, mais indépendant de la route littorale. Le marché de maîtrise d’oeuvre pour l’aménagement de la voie de contournement du boulevard de Grand-Case a été lancé début juin. Estimé à 5,5 M€, ce nouvel axe, qui implique un remblai sur l’étang de Grand-Case (propriété du Conservatoire du littoral), permettrait de créer une nouvelle desserte de l’aéroport, dans l’optique de l’allongement de la piste, et d’améliorer les conditions de circulation dans ce quartier touristique desservi par une voie étroite et à sens unique.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.