Temps de lecture estimé : 4 minutes
Bien que le sentiment d’insécurité reste fortement ancré, depuis plus de deux ans les chiffres de la délinquance globale sont à la baisse.

«Si on compare le nombre de faits que nous avons par rapport à la population, nous sommes dans une situation de délinquance élevée ». La préfète Anne Laubies ne nie pas la réalité locale. Mais entend « ramener un peu de rationalité » disait-elle mercredi face aux médias. Une rationalité mise à mal lors des récents faits divers qui ont fait battre à Saint-Martin un triste record : trois homicide en 10 jours, soit 6 depuis le début de l’année. De quoi entretenir un fort sentiment d’insécurité, alors que sur l’évolution globale de la délinquance « la situation actuelle est très encourageante » rapporte le capitaine Maignan, qui s’appuie sur les chiffres relevés ces deux dernières années.
 
Premier indicateur laissant penser que la situation est moins pire, le nombre de crimes et délits est passé sous la barre des 3500 en 2014, chiffre qui n’avait pas été atteint depuis 2004 : 3421 faits en 2014 et 3400 en 2015. Ce qui fait dire à l’officier que « statistiquement, il n’y a jamais eu aussi peu de délinquance qu’en deux ans et demi. La délinquance baisse de 14,2% depuis le début de l’année, comparé au début de l’année 2015, soit 279 faits en moins ». « On est sur une délinquance qui ressemble à la fin des années 90 » ajoutait-il.
 
Le nombre de vols à main armée, qui avait atteint un record en 2014 avec 137 braquages est aussi en baisse (contre 114 en 2015). « Aujourd’hui on est à 62% de faits en moins sur les sept premiers mois de l’année, soit 30 braquages, contre 79 l’année dernière à la même époque » détaille le capitaine. Les cambriolages sont aussi en baisse, soit moins 51,2% (129 faits en moins par rapport à l’an dernier).
RENFORTS, RÉORGANISATION, COOPÉRATION
Le capitaine Maignan justifie ces résultats par une réorganisation adaptée à la situation du territoire, outre les renforts arrivés en août 2015 : « au sein de la gendarmerie nous nous sommes réorganisés en mettant plus de militaires à la Brigade de recherches ». Ce qui a permis de faire progresser le taux d’élucidation, qui passe à 53,5% cette année contre 43% l’année dernière sur la même période, quand la moyenne de la métropole est de 35%. Il estime aussi que les sanctions « sévères » prononcées par la Justice contribuent à ces résultats.
 
La représentante de l’Etat a elle rappelé ses grands objectifs dont une présence sur le terrain « extrêmement forte », l’articulation plus poussée entre la gendarmerie et la police territoriale, ainsi que le travail fait sur la prévention de la délinquance avec la Collectivité et son CLSPD (conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance) : « la meilleure des réponses c’est que les gens ne deviennent pas délinquants ».
 
Pour lutter contre les cambriolages, la représentante de l’Etat souhaite lancer pour la rentrée prochaine le dispositif « Vigi-commerces » et travailler à monter, en partenariat avec Collectif, l’opération « Voisins vigilants ».
Mme Laubies a également imputé le niveau de délinquance à notre environnement régional, qu’elle juge « poreux ». Outre la nécessaire coopération avec Sint Maarten, rendue plus efficace grâce à l’accord de coopération policière entre la France et les Pays-Bas, la préfète souhaite développer les relations avec les pays de la zone dont Anguilla : « c’est un vrai sujet d’évolution de notre travail, une partie de la délinquance ne peut être appréhendée qu’avec les états autour ». Au risque que les chiffres liés à la délinquance se maintiennent sur « un palier précaire ».
 
 
Immigration illégale et fraude documentaire en hausse
 
Mercredi le commandant de la PAF Jean-Luc Deras a fait état de chiffres un peu moins encourageants que l’année dernière : 273 étrangers ont été interpellés en situation irrégulière sur notre territoire sur les 6 premiers mois de l’année, contre 241 l’année dernière sur la même période. La fraude documentaire est également en hausse, malgré les différentes formations dispensées aux administrations de la place pour lutte contre le phénomène : la PAF comptabilise déjà 24 procédures cette année contre 13 l’année dernière sur les six premiers mois. « Il y a de plus en plus de faux documents qui circulent » concède le commandant Deras. En revanche les procédures pour travail illégal sont elles en baisse : 8 cette année, contre 17 en 2015 entre janvier et juin. Par ailleurs, depuis début 2016, 7 trafics de migrants ont été démantelés et la PAF a procédé à 92 reconduites à la frontière.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.