Temps de lecture estimé : 4 minutes
L’autopsie du corps du meurtrier présumé de Wendy Montulet a révélé qu’il n’était pas mort étouffé.

En dépit des premières constatations, Mathieu Carty n’est pas mort étouffé dans la cellule du Centre pénitentiaire de Baie-Mahault qu’il partageait avec sept codétenus, majoritairement Saint-Martinois. Celui qui est suspecté avoir tué la jeune touriste belge a été « roué de coups sur tout le corps, des pieds à la tête » a indiqué à nos confères de France-Antilles le procureur de Pointe-à-Pitre Xavier Bonhomme. L’autopsie, pratiquée lundi dernier sur le corps de Mathieu Carty, a en outre établi que le détenu « a succombé à une hémorragie cérébrale consécutive aux coups » a précisé le procureur dans les colonnes du quotidien guadeloupéen. Ce sont donc les coups portés à la tête qui lui ont été fatals.

3 MISES EN EXAMEN
Le Saint-Martinois de 21 ans avait été déferré en Guadeloupe le 14 juillet et incarcéré le même jour à la prison de Baie-Mahault (notre édition du mardi 19 juillet). Il était retrouvé mort le vendredi matin sur un matelas posé su sol. Mardi dernier, ses sept codétenus ont été déferrés au parquet de Pointe-à-Pitre et présentés à un juge d’instruction. Trois d’entre eux ont été mis en examen pour homicide « précédé ou suivi d’un autre crime ». Il s’agit en effet de déterminer si Mathieu Carty a également été violé, ainsi que le supposent les photos et la vidéo qui ont circulé sur les réseaux sociaux, et certains éléments retrouvés sur la scène du crime. Xavier Bonhomme affirme au France-Antilles que « des expertises complémentaires seront réalisées »
……
Car jacking, l’arme sur la tempe

Mardi dernier vers 2 heures du matin, un homme s’est fait dérober son véhicule, braqué par une arme de poing. La victime, qui travaille à la boulangerie de Quartier d’Orléans, s’était endormie dans sa voiture devant le commerce en attendant de prendre son service. Le réveil, arme appuyée sur la tempe, fut pour le moins brutal : deux individus l’ont sorti de sa voiture avant de prendre la fuite avec, vers Belle Plaine en direction du côté hollandais. La Brigade de recherches de la gendarmerie a été saisie des faits et le véhicule de la victime a été retrouvé à Sint Maarten, grâce à la coopération avec la police du Sud, qui l’a ensuite ramené à la caserne de la Savane. Les enquêteurs ont donc procédé aux relevés d’usage qui vont être examinés afin de tenter de confondre les malfrats. La victime n’a heureusement pas été blessée, et sa voiture lui a été restituée.
……
Il fuit et fonce dans une voiture de gendarmerie: les précisions
Dans notre édition du mardi 19 juillet, nous relations l’interpellation d’un individu côté hollandais, par les policiers de Sint Maarten, qui avait tenté de fuir la gendarmerie côté français. Celle-ci tient à préciser que cette affaire s’est déroulée « dans la coopération la plus totale ». Les faits ont en fait débuté côté français, lorsque les militaires croisent un véhicule roulant à très grande vitesse : « il avait une conduite dangereuse et a manqué plusieurs fois de percuter d’autres véhicules » rapporte le capitaine Maignan. Pris en chasse par les gendarmes lui sommant de s’arrêter à coup de signes et d’avertisseur sonore, l’individu a néanmoins poursuivi sa course folle. A la frontière de Belvédère, les forces de l’ordre sont parvenues à le doubler pour le stopper. Le fuyard a alors violemment percuté la voiture de gendarmerie. « Aujourd’hui elle est inutilisable » ajoute l’officier. La police de Sint Maarten qui se trouvait non loin est rapidement arrivée sur les lieux et a pris le relais pour interpeller cet individu, qui détenait en outre de la marijuana. Les gendarmes sont allés porter plainte côté hollandais.
……
Poignardé dans Front Street: appel à témoins
faits-divers-2
Suite à l’agression dont était victime un homme dans l’artère principale de Philipsburg le 3 juillet dernier vers 23 heures (notre édition du 8 juillet), la police de Sint Maarten lance un appel à témoins pour retrouver un suspect dont le profil a été capturé par une image de vidéo-surveillance (photo). Contacter l’un des numéros suivants : (001721) 542 2222 ext. 241, 215 (heures d’ouverture) ou la tip line de la police à tout moment : # 9300.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.