Temps de lecture estimé : 4 minutes
Selon nos confrères de Martinique 1ère, les responsables de la sécurité auraient recensé une vingtaine de personnes radicalisées aux Antilles Guyane. Et des centaines de ressortissants de Trinidad seraient partis faire le Djihad.
Si le monde est en émoi face aux terribles attentats qui ont émaillé l’actualité ces derniers mois, les populations des îles de la Caraïbe se sentaient jusqu’alors éloignées des dangers potentiels. Jusqu’à l’évasion de Rachid Rafaa, soupçonné d’entretenir des liens avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), alors qu’il était assigné à résidence surveillée en Martinique. Un événement qui a ravivé les possibles menaces terroristes sous nos latitudes. Et la préfecture de Saint-Martin et Saint-Barthélemy a publié récemment sur son site Internet un appel aux citoyens pour accroître la vigilance (lire par ailleurs). Il y a près d’un an, les autorités françaises considéraient que la Caraïbe pouvait devenir une zone de repli potentiel, d’entraînement ou de recrutement de djihadistes.
En novembre 2015, l’état d’urgence en France était étendu aux régions d’Outre-Mer. Dans un tel contexte, la question de la coopération entre les pays de la Caraïbe est plus que jamais d’actualité.
TRINIDAD PRÉOCCUPÉ
Martinique 1ère relevait que « les autorités ont recensé une vingtaine de personnes radicalisées aux Antilles-Guyane, depuis un an. Dans la région Caraïbe, c’est à Trinidad et Tobago que le phénomène est le plus marquant. Neuf personnes fichées S, seraient recensées actuellement dans plusieurs communes de Martinique. Depuis un an, les responsables de la sécurité ont recensé une vingtaine de personnes radicalisées aux Antilles-Guyane. Mais c’est dans la région Caraïbe que le phénomène est plus important et inquiétant ». En effet, selon le gouvernement local, des centaines de ressortissants de Trinidad et Tobago seraient partis rejoindre les troupes djihadistes et 35 seraient morts au combat. À Trinidad et Tobago, le gouvernement a signé un accord avec l’ONU, aux côtés de 104 autres pays pour empêcher à ses ressortissants de rejoindre les islamistes radicaux.
Concernant les autres pays de la région, Haïti, Barbade, Jamaïque, les Îles Cayman, Venezuela, Surinam, les chiffres ne sont pas connus mais le potentiel de radicalisation de certains individus existerait.
L’appel à la vigilance de la préfecture
Sur son site internet, la préfecture de Saint-Martin et Saint-Barthélemy lance un appel à la vigilance. « L’attitude d’une personne de votre entourage devient préoccupante, un départ à l’étranger ou une action en France semble se préparer ? Il faut réagir. Cela permet de sauver la vie de vos proches et d’éviter de nouveaux drames ». Les comportements témoignant d’une radicalisation doivent être signalés, par téléphone ou sur internet. Si la situation est jugée préoccupante, la personne signalée et sa famille bénéficieront d’un accompagnement adapté. L’objectif est de prendre en charge la personne radicalisée pour éviter qu’un drame se produise. S’il s’agit d’un mineur, des mesures existent pour empêcher son départ en Syrie ou en Irak. 
En cas d’indices prouvant un départ imminent en Syrie ou en Irak, rendez-vous au poste de police le plus proche ou à la gendarmerie. Numéro vert du centre national d’assistance et de prévention de la radicalisation : 0800 005 696
…..
FAITS DIVERS / SINT MAARTEN
2 braquages en 48 heures
Deux vols à main armée ont été commis côté hollandais la semaine dernière, en l’espace de deux jours. Le vendredi 5 août vers 21 heures, deux individus armés et vêtus tout de noir sont arrivés à pied dans un supermarché d’Union Road. L’un d’eux est entré pendant que son comparse montait la garde. Les individus se sont ensuite dirigés vers un véhicule à l’arrêt pour voler le conducteur. Ils sont repartis comme ils étaient arrivés, à pied. Le dimanche 7 août vers 2h40 du matin, les faits ont été commis dans le parking d’un hôtel à Pointe Blanche. La victime a été violentée par deux individus dont l’un tenait une arme de poing: elle s’est fait voler un sac contenant des effets personnels.
Un policier blessé pendant une bagarre
L’incident s’est produit le samedi 6 août sur Rhine road, à proximité du Tantra Nightclub. Les forces de l’ordre s’étaient rendues sur place en raison du signalement d’une bagarre. L’un des policiers a été attaqué par l’arrière et blessé à l’épaule gauche. Des renforts ont dû être appelés pour maîtriser la situation. Tous les suspects ont été amenés au commissariat et placés en garde à vue.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.