Temps de lecture estimé : 3 minutes

Qu’en est-il à Saint-Martin ? Nous avons voulu faire le point en nous intéressant particulièrement à la prévention.

sidaOn note cette année que les nouvelles infections à VIH sont malheureusement stables par rapport à l’an dernier et tendraient même à légèrement augmenter chez les adultes. Selon les rapports, près de 2 millions de personnes / an ont été infectées dans le monde sur les cinq dernières années. Les efforts de prévention doivent être redynamisés si l’on veut mettre n à l’épidémie de sida d’ici l’horizon 2030.

Dans les locaux de l’association “Sida Liaisons Dangereuses” à Marigot, nous avons questionné Ketty Karam Fischer, Présidente, ainsi que le Dr Olivo et Nathalie Clément du CSAPA (Centre de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie). Il s’avère qu’ils ont noté eux aussi une augmentation des cas due essentiellement à la baisse d’utilisation des préservatifs, et parallèlement à cela une augmentation sensible des MST et plus particulièrement de la syphilis. Des actions de dépistage et d’information sont menées régulièrement et cette journée mondiale est l’occasion de renforcer encore les efforts à faire dans ce sens. Il est bon de rappeler que le dépistage est totalement gratuit et que chacun peut se rendre à l’association sous le couvert de l’anonymat. Tous les quartiers de l’île vont bénéficier de cette campagne d’information jusqu’au 10 Décembre par le biais de stands et d’évènements ponctuels.

Les collèges de Saint-Martin et Saint Barthélemy sont particulièrement sollicités, car les jeunes (adultes ou non) sont très demandeurs et, contrairement aux idées reçues, très concernés par ce problème. Il est toutefois regrettable que les établissements scolaires de Saint-Martin ne mettent pas en place un système de distribution gratuite de préservatifs. Cette décision étant du ressort des chefs d’établissement, cela semble incompréhensible. Toutefois le Dr Olivo précise que l’activité sexuelle des jeunes saint-martinois n’est pas leur première préoccupation. Le problème se situe donc ailleurs.

Ce sont les adultes de la génération précédente (30/45 ans) qui sont les premiers touchés par le virus. Plusieurs causes à cela : tout d’abord, la diversité des communautés présentes sur l’île ne facilite pas les choses. En effet, le sentiment de honte vis à vis des autres est très présent dans les esprits et on est difficilement accepté lorsque l’on est touché par le virus, en particulier dans les communautés Haïtiennes et Espagnoles. Ce sujet reste tabou et ne doit pas être abordé sous peine de se faire exclure du groupe… quant à l’usage du préservatif, il est quasi inexistant, sans doute par manque d’information et à cause des traditions culturelles. Aucune structure adaptée n’existe pour en parler et si les églises sont nombreuses sur tous les secteurs de l’île, on n’y aborde jamais ce sujet (on ne parle pas de sexe devant Dieu). Il reste donc un travail énorme à accomplir.
Jean-Michel CAROLLO
sida-stats
 
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.