Temps de lecture estimé : 3 minutes

Les exploitants des carbets de la BO seront-ils concernés par l’indemnisation qui pourrait être décidée par la commission ad hoc comme semble le souhaiter le Vice-Président Wendel Cocks si toutefois elle devait se mettre en place ?

Lors de la réunion organisée avec les commerçants du centre ville de Marigot le 9 novembre dernier, le 3ème Vice Président de la Collectivité en charge du Pôle Économique annonçait vouloir mettre en place une commission d’indemnisation a n d’apaiser la colère des professionnels excédés par les travaux qui n’en finissent pas dans les rues désormais désertées par la clientèle. M. Cocks s’est ensuite déclaré favorable à la saisine de ladite commission par les exploitants de la Baie Orientale qui ont eux aussi subi un fort préjudice durant les travaux de réalisation des Carbets l’année dernière. Rappelons que les premiers établissements ont ouvert en Février dernier alors que la saison touristique 2015/2016 était déjà largement entamée et devait se terminer début Avril. Tout le monde se souvient des manifestations de mécontentement organisées par une partie des restaurateurs qui réclamaient, entre autres,une baisse des loyers, un report du paiement de ceux-ci ainsi que des aménagements supplémentaires.

indemnisationUne fois le calme revenu, des accords ont été trouvés et si la baisse sensible des loyers pour certains restait insuffisante, cela montrait qu’un effort avait été fait. La suite ne se t pas attendre puisque des agents de la COM furent dépêchés sur place pour construire des toits au dessus des terrasses des établissements qui n’en avaient pas. A n que tout le monde soit traité sur le même pied d’égalité, les commerçants qui avaient couvert leurs terrasses à leurs frais devaient être partiellement remboursés sur présentation de facture.
Qu’en est-il aujourd’hui ? Personne n’a encore rien vu venir et le sentiment d’injustice contre lequel Wendel Cocks s’insurge lors de ses dernières déclarations, demeure plus que jamais présent.

Aux Carbets de la Baie Orientale, tous sont unanimes :

“L’indemnisation, on n’y croit pas” déclare un patron de restaurant. “Nous n’attendons plus rien de la COM” affirme un autre avec dépit.
“Qu’on nous rembourse déjà les toits qu’on a payés alors que d’autres les ont obtenus gratuitement. Ensuite peut-être pourrons-nous parler d’une indemnisation” dit cette gérante de bar. “L’injustice, je la subis tous les jours” déplore cette autre commerçante “même les règles de base annoncées au départ ne sont pas respectées”.
“Le parking n’est toujours pas goudronné et devient impraticable lorsqu’il pleut, une vraie piscine !” s’exclame un dernier.

En effet, il semblerait que certains soient plus favorisés que d’autres ; et si la COM est parfaitement au courant des problèmes inhérents au site, rien n’a été fait pour calmer la colère des exploitants qui se transforme peu à peu en lassitude.
Tous ont bien compris qu’il ne fallait rien attendre de plus et que la seule solution consistait à continuer de travailler en s’adaptant aux conditions qui sont loin d’être idéales.

Toutefois, l’idée d’une indemnisation semble possible pour quelques-uns :

“On verra bien, si elle arrive, on la prendra, mais on ne compte pas dessus” disent les plus optimistes.
Rappelons que si cette commission voyait le jour, le processus pour en être bénéficiaire promet de ne pas être simple : en effet, chacun devra quantifier et prouver le préjudice qu’il a subi afin qu’une estimation des dédommagements soit établie par ladite commission.


Ces promesses seraient-elles simplement pré-électorales ? C’est en tout cas ce qui se dit quotidiennement au sein des Carbets de la Baie Orientale, à croire que certains votent et d’autres pas…

Jean-Michel CAROLLO

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.