Temps de lecture estimé : 3 minutes

Travaux de Marigot en début de saison… Quel gâchis !

Les commerçants de Marigot qui ont vu, à quelques exceptions près, se dégrader la fréquentation de leurs établissements depuis plusieurs années se seraient bien passés d’avoir à gérer une pénurie supplémentaire de clients ou de visiteurs du fait des travaux de la Collectivité dans le centre ville.

En effet, même si on n’est pas encore en pleine saison touristique, les conséquences d’une gestion et d’une programmation totalement inconséquentes des travaux en cours se font d’ores et déjà sentir en ville… Les rues et ruelles sont désertes et nous offrent un spectacle de désolation voire de cour des miracles. Mais de miracle, il n’y en aura pas car les commerçants qui ont rencontré les autorités locales attendent désormais que celles-ci prennent en compte leurs préjudices financiers (difficiles à évaluer) afin de prévoir des indemnisations à ceux qui pourront démontrer qu’ils sont à jour de leurs cotisations fiscales, sociales, etc… Autant dire qu’il y aura peu d’élus ! Dans les faits, la situation démontre que la COM ou l’EEASM (Etablissement de l’Eau et de l’Assainissement de Saint-Martin) n’a absolument pas pris en compte le niveau d’impact économique des travaux avant de les programmer et les organiser. Pire encore, l’EEASM a misé sur son autonomie relative devant la COM et ne s’est pas soucié des conséquences de son amateurisme notamment en matière d’image de l’île.

zeroLa bonne nouvelle, c’est que d’un désastre peut naître une prise de conscience si l’on en juge par les déclarations des associations professionnelles qui prennent acte que c’est bien la dernière fois que la COM s’y prend comme ça. Ils espèrent, en effet, que leur point de vue sera entendu pour une meilleure anticipation et surtout une meilleure coordination des futurs travaux. Cette absence de prise en compte du quotidien du commerce, de la restauration et des affaires en général est en soi très préoccupante car elle démontre le profond décalage qui existe entre les réalités économiques de terrain et l’avis que s’en fait la plupart des élus de tous bords. La difficulté, c’est que tout ceci risque d’accentuer l’exode des commerçants vers d’autres sites en partie française (Hope Estate ?) voire en partie hollandaise où, nous le savons tous ici, on s’efforce de faciliter la vie des investisseurs, commerçants, etc… Cette appréhension est d’autant plus forte que le vaste programme de réhabilitation de Marigot est au point mort depuis plusieurs mois et que son abandon définitif semble de plus en plus probable.

Ville déjà morte dès 18h00, Marigot s’éteint un peu plus chaque jour et rien ne semble poindre à l’horizon qui ne lui soit prometteur.

Autre préoccupation, le caractère approximatif de l’organisation de ces travaux n’a apparemment pas soulevé de grandes manifestations du côté de l’Office de tourisme qui s’est bien gardé d’exprimer la moindre inquiétude devant leur programmation. c’est inquiétant et cela en dit long sur l’attention que l’on porte à la préparation de la saison touristique. Ou plutôt… la non préparation !! malgré le travail de des quelques associations dont il faut saluer la contribution, l’île est sale et les abords des routes demeurent un enchevêtrement de carcasses, de containers rouillés ou de matelas pestilentiels. Outre que cela soit dangereux, c’est aussi sale et c’est ce que voient nos visiteurs au premier regard en arrivant ici notamment aux entrées de Marigot, à l’exception peut être de Bellevue. Mais où est donc passe la beauté de notre île ? Notre émerveillement d’antan est désormais remplacé par un sentiment de tristesse devant tant de laisser faire.

Le lecteur agacé

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.