Il y a tout d’abord cette crise interne à l’échelle nationale : le 28 novembre dernier, un courrier adressé à l’ensemble des collaborateurs du groupe Véolia Environnement leur annonçait le départ de trois cadres de la branche Eau France pour cause “d’opérations financières opaques”.

veoliaIl s’agit de J.P. Franchi, contrôleur de gestion ; P. Malterre, directeur général adjoint de Veolia Water France et d’A. Franchi, directeur général de la même branche. Les deux premiers ont été mis à pied et conviés à un entretien préalable à licenciement et le dernier, A. Franchi, ne verra pas son contrat – arrivant à échéance au 31 décembre – renouvelé. En outre, les dirigeants de Véolia ont également décidé de porter plainte contre X pour conflit d’intérêts après avoir découvert que les trois cadres étaient actionnaires d’une société (Olky Payment liale de Olky International Holding créée en 1998 par des fonds basés aux îles Vierges britanniques et dans l’île de Niue, un des paradis fiscaux les plus opaques) dont la prestation de facturation pour Véolia s’élève à plusieurs millions d’euros.
En effet, depuis le 22 décembre 2014, le directeur général de Veolia Eau, A. Franchi, a con é pour sept ans à cette société luxembourgeoise la facturation par TIP de ses services délégués, hors Marseille et Lyon.

Même si les dirigeants de Véolia ont réagi rapidement et se sont engagés à “prendre toutes les mesures qui s’imposeront pour faire respecter strictement les règles d’éthique et de loyauté qui régissent les comportements au sein du groupe”, cette affaire intervient dans un contexte où la branche eau du groupe est déjà largement affectée par des difficultés financières et la hausse du nombre d’impayés.

I.R.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire