Temps de lecture estimé : 2 minutes

La raison de ce mouvement est on ne peut plus simple : l’arrivée d’un nouveau passeur qui vient d’être autorisé par les Affaires Maritimes.

Actuellement au nombre de quatre, les anciens ne voient pas d’un bon œil ce nouveau concurrent, même si aucune loi territoriale empêche son installation. Selon eux, il n’y a pas suffisamment de clients pour partager les recettes en cinq, d’autant plus que d’année en année, celles-ci ont tendance à baisser.

Depuis des dizaines d’années, quatre passeurs règnent en maîtres sur le marché des navettes entre les deux plages et ce système qu’ils qualifient eux même de « familial » ne doit pas être troublé par un nouvel arrivant, quand bien même il serait Saint-Martinois (ce qui est le cas aujourd’hui).

Selon nos informations, ce cinquième homme aurait fait partie du groupe auparavant et a été remplacé lorsqu’il a décidé d’arrêter. Aujourd’hui, il souhaite revenir et a obtenu l’autorisation d’exploitation, mais ses anciens collègues ne l’entendent pas ainsi.

Après la visite du secrétaire général de la Préfecture, les passeurs attendent maintenant qu’une solution soit trouvée pour débloquer la situation, et ils sont bien décidés à ne pas lâcher prise au grand regret des touristes qui se présentent à l’embarcadère sans pouvoir traverser pour rejoindre l’îlet Pinel. Affaire à suivre…

Jean-Michel CAROLLO

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.