Temps de lecture estimé : 2 minutes

De manière générale, et même si la circulation est plus fluide, même si les rues de Marigot retentissent de musique, même si les commerçants ont revêtu leurs habits de lumière, même si les associations s’activent, l’esprit de Noël a du mal localement à lutter contre les coupures Web, d’électricité et d’eau qui pénalisent la production et plombent l’enthousiasme.

Alors, à l’approche des festivités (et des campagnes électorales), nous continuons de râler, respectueux de la réputation et de la tradition françaises.

Pourtant, si l’on prenait le temps de se décaler un peu, on arrêterait d’oublier que pendant ce temps la bataille d’Alep qui touche à sa fin aura fait 310 000 morts tandis que 40 000 personnes attendent leur évacuation. En métropole, près de 150 000 sans abri passeront Noël dans la rue. Encore plus près, la famine et le choléra menacent Haïti… et enfin parce que cela ne semble pas vouloir cesser, Berlin pleure ses morts.

Loin de nous l’idée de gâcher l’ambiance et de céder au négativisme mais plutôt de vous inviter à l’élévation, à la conscience et à la gratitude car nous aurons la chance de festoyer en famille, entre amis sur une île dont on omet trop souvent les bons côtés.

Et même en faisant un petit exercice de mémoire, lorsqu’en 2000, EDF nous avait privés de lumière pour Noël, nous avons passé des fêtes bien éloignées des horreurs que certains traversent au quotidien, parfois durant de nombreuses années.

Peut-être faut-il lire dans ces aléas techniques locaux que le moment de se déconnecter et de célébrer de manière plus humaine est arrivé… Alors chers lecteurs, à vos bonnets et à votre humanité…

Santa Claus is coming to town !

Igor Rembotte

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.