Temps de lecture estimé : 2 minutes

Les surveillants de la maison d’arrêt de Fresnes dans le Val de Marne sont en colère à cause d’un rapport de la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté, Adeline Hazan.

En effet, le document publié le 14 décembre dernier pointe du doigt l’usage du créole entre les agents pénitentiaires originaires d’Outre-mer. Il est noté que « La langue créole est fréquemment utilisée pour les échanges professionnels entre surveillants, ce qui limite le contrôle hiérarchique et donne aux personnes détenues un sentiment d’incompréhension des décisions qui les concernent. ».  

Le syndicat FO pénitentiaire considère qu’il s’agit de propos discriminatoires à l’encontre des personnels pénitentiaires ultramarins, il a déposé un plainte pour discrimination, incitation à la haine et propos racistes et il a saisi le Défenseur des Droits, Jacques Toubon afin qu’il apporte son soutien et son aide à propos de cette affaire.

Cédric Boyer, le secrétaire local du syndicat à Fresnes a déclaré : « On est conscient que la langue de la République, c’est le français. Mais Mme Hazan aurait pu le dire d’une autre façon, sans mentionner le créole et sans cibler une catégorie de personnes, les ultramarins ». Il a reconnu que l’usage du créole se pratiquait mais uniquement pour des conversations privées hors du cadre professionnel et jamais pendant les missions.

Le syndicat exige désormais des excuses de la part de la contrôleuse générale.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.