Temps de lecture estimé : 1 minute

À Concordia, le 2 septembre 2016, un conflit de voisinage lié à un chien s’est soldé par un ciseau enfoncé dans la joue du propriétaire de l’animal.

Ce dernier habite au premier étage et laisse sortir son chien tout seul, sans jamais ramasser les crottes, sans parler des pipis…

Le voisin du rez-de-chaussée n’en peut plus et reproche vertement son attitude au maître, avant de lui planter un ciseau dans la joue. Il comparaissait pour violences avec arme.

Le procureur, qui a fait le voeu qu’il y ait plus de respect et de communication en 2017, a résumé l’affaire : « On ne plante pas un ciseau dans le visage de quelqu’un. Dans le même temps, on ne laisse pas un chien faire ses besoins partout. Mais le ciseau a traversé la joue et on n’est pas dans la légitime défense ».

Le prévenu, déjà condamné en 2002 à quatre mois de prison pour violences, a cette fois été condamné à quatre mois de prison avec sursis, assortis d’une mise à l’épreuve de 18 mois. Il devra indemniser sa victime de ses frais médicaux.

BD

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.