Temps de lecture estimé : 1 minute

L’affaire n’aurait pas dû se terminer en correctionnelle, mais la prévenue ayant refusé de s’exprimer devant le délégué du procureur, où elle a préféré invoqué Dieu et Satan, Mme R., la voisine absente mais officiellement convoquée au tribunal, a été jugée par défaut.

Sa voisine, la victime, a témoigné que les relations avec Mme R. étaient difficiles, sans qu’elle fasse rien de spécial pour cela. Elle a fini par téléphoner aux gendarmes le jour où la prévenue l’a menacée de mort, un couteau de cuisine à la main. Elle ne souhaite pas se constituer partie civile.

« Je veux simplement qu’elle arrête, elle est aussi pauvre que moi, » a-t-elle déclaré au juge, avant de lui confier qu’elle ne sortait plus de chez elle tant elle avait peur. « Si ça arrive à nouveau, appelez les gendarmes, » lui a recommandé le procureur.

La voisine acariâtre a été condamnée à un mois de prison avec sursis.

BD

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.