Temps de lecture estimé : 1 minute

Timothée Boutry est reporter au Parisien depuis 16 ans. Il y traite selon ses propres mots “de tout ce qui a trait de près ou de loin à l’actualité judiciaire”.

L’affaire TURQUIN, il la connaît bien puisque Le Parisien la couvre depuis ses débuts, en 1991, lorsque le fils du vétérinaire, Charles-Edouard âgé alors de 8 ans, disparaît.

De la condamnation du vétérinaire pour le meurtre de son fils, à sa libération, en passant par sa grève de la faim pour obtenir la révision de son procès et les divers rebondissements dans cette affaire (et il y en a eu pléthore !), le Parisien maîtrise pleinement ce sujet qui ici nous apparaît si soudain tant l’homme était discret.

Une illustration supplémentaire s’il en fallait de ce que Saint-Martin peut apparaître comme une solution pour nombre de vies en reconstruction, mais aussi de l’hyper-proximité vécue par sa population vis à vis d’une actualité qui ne souffre pas d’effet de dilution : l’exiguïté du territoire, sa faible population et la petitesse des cercles confèrent à Saint-Martin et sur bien des sujets une absence d’inertie… tout y est vécu puissamment et dans l’instant, le bon, comme le mauvais.

I.R.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.