Que d’énergie pour aboutir à cette formation aux métiers de la poissonnerie !

Saint-Martin, territoire insulaire parmi les territoires insulaires, et donc historiquement en prise étroite et dépendante avec la mer, se dote enfin d’une filière qui va permettre à sa jeunesse de considérer la pêche et sa transformation comme un secteur d’avenir.

Mais pourquoi autant de temps ?

Sans doute parce que le boom démographique et urbanistique a laissé à penser qu’en dehors des métiers du bâtiment et du tourisme, aucune trajectoire n’était à valoriser ou à créer… Sans doute aussi parce que les mentalités ont été formatées pour qu’en dehors de ces deux secteurs, seule l’administration serait à même de pourvoir un avenir “sécurisé”.

Pourtant, alors que toujours titrés “première destination gastronomique” des caraïbes, les métiers de la pêche n’avaient jusqu’alors pas été intégrés à ces boucles de performances qui permettent de considérer qu’une filière est maîtrisée.

L’emploi comme gratification

Cette formation, même si à elle seule elle ne peut être considérée comme le succès de la filière, est un bel exemple de la lourdeur et de la profondeur de l’investissement nécessaire pour pouvoir à moyens termes affirmer qu’une filière est restructurée et lorsqu’elle l’est, l’emploi en est la gratification. Certes, pas le millier d’emplois qu’aurait pu offrir le panel des projets mirobolants que nous avons pris l’habitude de voir défiler… mais quelques emplois vrais.

La CCI œuvre aussi à l’émergence des métiers de la boucherie après avoir porté la naissance de l’abattoir, même si ce bel outil n’est pas dans une situation qui permet à ses gestionnaires de dormir sur leurs deux oreilles…

Combien d’autres métiers ? Combien d’autres emplois ? La myriade de ces emplois socles qui témoignent de l’enracinement d’un territoire autour de ses pratiques séculaires ne serait-il pas à même de soutenir ce pilier touristique qui s’effrite dramatiquement ?

Les savoir-faires, s’ils peuvent encore être transmis lorsqu’il n’y a pas de rupture dans la compétence, peuvent aussi être enseignés et notre insularité n’est pas un impossible à ce qu’ils le soient…

Félicitations à la CCI pour avoir su créer ce possible qui sans nul doute ouvre la porte à d’autres.

I.R.

Commenter avec Facebook
- Publicité -

Réagir à l'article

Please enter your comment!
Please enter your name here