Temps de lecture estimé : 4 minutes

 

Dans son rapport “France Outre-mer 2020” le MEDEF octroie un bel espace à notre confetti, 8 pages, espace pas forcément valorisant dans son contenu mais l’analyse critique y est néanmoins posée et à visée constructive.

Cette analyse a l’avantage de ne pas être sortie d’un tiroir parisien puisque le MEDEF s’est appuyé sur la FIPCOM, sa représentation locale, qui œuvre dans cette strate économique depuis maintenant… 20 ans !

CONCLUSIONS Dix ans après l’adoption d’un nouveau statut, Saint-Martin se sent en décalage par rapport aux autres COM : pas de structure d’accompagnement des transferts de compétence ni d’effacement de dettes, comme en Nouvelle-Calédonie ; pas de soutien, comme en Guyane. Il est pourtant indispensable que des mesures positives soient prises dans les domaines et institutionnel, fiscal, budgétaire. Et que l’on donne aux entreprises l’environnement stable qui leur permette d’envisager des investissements. Malgré des moments de doute ou de découragement, les entrepreneurs de l’île n’ont pas renoncé à voir Saint-Martin redevenir la perle des Antilles qu’elle a pu être par le passé. Au fond, ce qu’ils demandent n’a rien d’exceptionnel, puisqu’il s’agit de la mise en oeuvre des moyens qu’induit le nouveau statut de Saint-Martin, à savoir une dotation globale de compensation révisée, d’autres dotations justement calculées, un programme opérationnel européen dédié et des centres de décision de plein exercice. —————— Le document complet est évidemment disponible en bas de cet article
UNE COLLECTIVITÉ RÉCENTE, QUI SE MET EN PLACE AVEC LENTEUR

Cela commence assez fort puisque c’est en ces termes que débute la section “Saint-Martin” du rapport, avec une reprise de cet historique de l’évolution statutaire et une absence de préparation imputable à la municipalité hostile au 74 pour Saint-Martin.

DES DYSFONCTIONNEMENTS PRÉJUDICIABLES AU DÉVELOPPEMENT DE SAINT-MARTIN

Le MEDEF pointe là du doigt des dysfonctionnements notamment administratifs entre les services de l’état et ceux de la collectivité et notamment pour ce qui relève de la fiscalité ne concernant “malheureusement qu’une part de la population, en phase avec la culture de l’impôt et rompue au système déclaratif.”

UNE ACTIVITÉ TOURISTIQUE PRÉPONDÉRANTE, SOUMISE À FORTE CONCURRENCE

Le rapport remet, s’il le fallait encore, en cause l’énorme décalage infrastructurel qui existe et s’installe entre les deux parties de l’île… aéroport, port… qui handicape lourdement notre capacité de drainage d’une clientèle gardée essentiellement captive à leurs points d’arrivée.

CHÔMAGE DE MASSE ET PROBLÈMES FRONTALIERS ENTRETIENNENT UNE SITUATION SOCIALE TRÈS DÉGRADÉE

Avec un PIB inférieur de 39 % à la moyenne métropolitaine et de 21 % vis-à-vis de celui de la partie hollandaise, la première des conséquences est un chômage culminant à 33% selon le MEDEF. Les minimas sociaux qui flambent ainsi que l’incapacité à en circonscrire l’usage pour cause d’une frontière par trop perméable biaise les analyses relatives au territoire et surtout permettent en fait une double perfusion, à la fois de la partie française mais aussi de Country Sint Maarten.

DES MESURES FORTES S’IMPOSENT

En premier lieu, c’est l’absence d’une vision rationnelle et construite qui est mise en exergue par ce rapport, interdisant tout développement raisonné. La réhabilitation de l’existant et la modernisation des infrastructures apparaissent comme la première des préconisations.

Encore une fois, la pierre angulaire de tout projet ou politique de développement repose selon l’organisation patronale sur une réévaluation favorable des budgets liés à la compensation des charges transférées… autant dire que cette pierre est particulièrement friable et déjà bien érodée par 10 ans de “mise en place du statut”. D’ailleurs, le rapport préconise lui aussi “un rafraîchissement” de la loi organique.

En bref, pas de grande révélation dans ce rapport, mais une nouvelle pierre apportée par une institution à la légitimité des récurrentes revendications de la COM qui deviennent maintenant anciennes…

I.R.


BOOK OUTRE-MER_pour exempl PP_040117

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.