Temps de lecture estimé : 4 minutes

 

Il est tout d’abord important de préciser les contours du tourisme durable tel qu’il est entendu et reconnu tant sur le plan national qu’international. Il doit reposer sur des critères de durabilité, c’est-à-dire “supportable à long terme sur le plan écologique, viable sur le plan économique et équitable sur le plan éthique et social pour les populations locales.

Ce positionnement est essentiel pour orienter le développement du tourisme dans les territoires d’Outre-mer. Il est évident qu’il faut prendre en compte les ressources de l’environnement, mais il faut aussi intégrer les communautés d’accueil, respecter leurs valeurs et leurs cultures et les placer au centre des développements touristiques. Les habitants des territoires d’Outre-mer doivent être au premier rang des bénéficiaires du tourisme ; ils ne peuvent plus être relégués à des emplois subalternes.

Le positionnement en faveur du tourisme durable est une condition pour porter ou relancer le tourisme dans les Outre-Mer, selon les besoins de ces territoires.

Le tourisme est l’un des leviers économiques, mais il faut penser le projet touristique, trouver le positionnement intelligent. Il est inutile de vouloir copier le succès d’un voisin ou de s’obstiner à maintenir un modèle touristique usé comme celui d’un tourisme balnéaire de masse qui n’a plus sa place dans nos territoires.

J’ai choisi de travailler sur ce sujet par conviction, le tourisme est un de mes champs d’activité de prédilection, je suis convaincue par la portée socio-économique d’un développement touristique réfléchi et original dans nos territoires. J’ajouterai que cette conviction a été renforcée au gré de mes contacts professionnels, de mes rencontres avec les acteurs privés et institutionnels qui témoignent d’un foisonnement d’idées et d’initiatives méconnues, mais aussi de nombreux obstacles qui limitent ces initiatives. Des obstacles qu’il faut identifier, des obstacles qui donnent des réponses politiques claires.

Il ressort de mes  entretiens et auditions, la nécessité de renforcer l’accessibilité à nos destinations, notamment pour relancer le secteur de l’hôtellerie dans la plupart de ces territoires. Il y a également le souci de lutter contre la saisonnalité, d’orienter l’épargne locale vers l’appareil productif local,et d’adapter le financement des entreprises aux réalités ultramarines.

Le tourisme durable s’impose comme un nouveau paradigme. Il ne s’agit pas seulement d’une construction théorique mais d’une autre philosophie du développement touristique qui doit concilier les dimensions économique, écologique, sociale et culturelle. Et nous insistons : placer les populations hôtes au cœur du projet, ce développement touristique participe en premier lieu au développement d’un territoire, à la construction d’un cadre de vie, au bien-être des populations.

Pour illustrer, il y a l’exemple du  «Passeport vert», projet initié par le Programme des Nations unies pour l’environnement, sous l’impulsion de l’ANEL (Association nationale des élus du littoral). Ce passeport vert  vise à «créer des destinations d’excellence sur le plan du tourisme durable, proposant des expériences nouvelles et responsables tant aux acteurs touristiques qu’aux visiteurs».

Inès Bouchaut-Choisy

Représentante de la Collectivité de Saint-Barthélemy au CESE


CESE : Force de proposition de la société civile organisée

Troisième assemblée constitutionnelle de la République après l’Assemblée nationale et le Sénat, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) favorise le dialogue entre les différentes composantes de la société civile organisée et qualifée en assurant l’interface avec les décideur(euse)s politiques. Le CESE joue un rôle essentiel dans la période de mutation économique, sociale et environnementale actuelle ; il conseille le Gouvernement et le Parlement et participe à l’élaboration et à l’évaluation des politiques publiques dans ses champs de compétences. Le CESE regroupe des personnalités associées ainsi que des membres désignés par les principales associations de France, les syndicats de salariées, les organisations patronales et de nombreux(ses) acteur(rice)s de la société civile. Représentant des dizaines de millions de Français(es), les membres du CESE sont immergés au cœur des problématiques de notre société et proposent des solutions innovantes et adaptées aux enjeux d’aujourd’hui et de demain. 

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.