Au-delà d’une naturelle paranoïa ou tendance à la flatterie, selon les jours, il nous apparaît tout de même indéniable que la Présidente Hanson semble développer d’inédits sentiments passionnels vis-à-vis de la presse.

Déjà, à la cérémonie des voeux, nous avons ressenti une pointe de tristesse et réfréné un sentiment d’exclusion lorsqu’elle a remercié les “médias qui jouent leur rôle et relayent avec neutralité les actions de la Collectivité.” Non, nous n’avons pas, à la rédaction, débattu de la neutralité à laquelle cette phrase confine la presse pour pouvoir considérer qu’elle joue son rôle. Non, nous ne nous sommes pas non plus interrogés sur notre statut assumé de presse d’opinion. Et pour autant… point de divorce entre gouvernance et média, ce schéma n’est pas un possible.

Hier, durant un Conseil territorial relativement calme malgré les efforts du Dr Riboud en particulier, la Présidente a su revenir sur la “presse à sensations”, “la presse qui sait mieux que les sachants”, “les colonnes où on lit des choses dont elle-même n’est pas au courant”… Un peu comme si la Directrice de publication du feu Point Com regrettait que les médias locaux informent aujourd’hui au-delà de la matière fournie ou pire comme si rendre publiques des données non privées pour nourrir une réflexion collective relevait d’un délit, d’une forme d’agression… ou d’ingérence.

On oublie facilement “la presse qui trouve toujours du temps et de l’espace”, “la presse qui assume gracieusement la diffusion de l’information clef en main”, “la presse qui alerte”, “la presse qui met en valeur”… pour les dirigeants d’une “nation”, les médias restent le meilleur outil pour communiquer avec le peuple.

Nous avons chassé ces idées car nous reconnaissons à la Présidente un esprit affûté, une parfaite maîtrise de soi et un profond respect de la démocratie, le tout teinté d’un humour qui nous a amené le sourire plusieurs fois dans la matinée.

La démocratie se fonde sur un double postulat qui consiste d’un côté à prendre le risque de dire une vérité et de l’autre à accepter de l’entendre…

Le SMW dévoué

Commenter avec Facebook
- Publicité -

Réagir à l'article

Please enter your comment!
Please enter your name here