Temps de lecture estimé : 4 minutes

Dans une lettre ouverte que vous trouverez ci-après, Alain Richardson motive sa volonté de créer une liste de rassemblement dans le cadre des élections territoriales à venir au sein d’un groupe neuf, nommé “En marche pour le Progrès”, une appellation au double écho très évocateur.


Le devoir de servir, le sens et l’amour du “pays”…

Dans quelques semaines seulement se dérouleront les élections territoriales de la Collectivité de Saint-Martin. Les électrices et les électeurs devront choisir un groupe de femmes et d’hommes pour diriger le Conseil territorial, gérer et administrer les affaires de Saint-Martin, et pour travailler à un bien-être croissant de sa population pour les cinq prochaines années.

A cette date, pas moins de quatre candidats / têtes de liste se sont déclarés, prêts à prendre part à ces élections et par la même occasion, ont commencé à égrener les propositions et les promesses qui sont l’apanage de toutes les campagnes électorales, qu’elles soient locales ou nationales.

Le temps de la réflexion et de la consultation

En tant qu’homme politique, durant ces derniers mois, j’ai naturellement pris soin de réfléchir à la situation de Saint-Martin, j’ai pris le temps de rencontrer mes amis, les acteurs socio-économiques, des femmes et des hommes politiquement proches mais aussi des adversaires respectables, et j’ai mesuré et compris les enjeux de ces élections là tout particulièrement.

Et même si je reste fidèle à mes convictions et à mes idées, si je défends ma propre vision des choses (comme c’est le cas depuis de nombreuses années), j’ai longtemps espéré et rêvé d’un accord entre certains d’entre nous afin de proposer un projet commun pour une gestion collégiale des affaires de Saint-Martin. J’ai pendant longtemps œuvré en ce sens et les nombreuses rencontres et discussions (dont la première date du mois de février 2016) sont là pour en témoigner.

La part du mandat que j’ai exercée entre 2012 et 2013 m’aura permis, en toute modestie, de concrétiser une partie infime de mes idées, de mon projet et de mon offre politique pour Saint-Martin qui se devait de lui assurer, depuis son accession au statut de COM, un développement économique et social pérenne.

Le poids de l’engagement

Je mesure le poids des “coups bas”, des trahisons et des difficultés en tout genre dont j’ai été victime. Ceux-ci m’ont touché, moi, et ont blessé ma famille, mais ils ne m’ont pas empêché de garder mes convictions. Je me suis toujours dit que si Saint-Martin avait besoin de moi, je ne me déroberai jamais à l’appel du devoir de servir mon “pays”, en bonne conscience de ma réelle capacité à produire des idées, à concrétiser des projets.

La nécessité des débats d’idées

Dans bien des circonstances, les décisions que j’ai prises, ainsi que mes propositions politiques et sociales, ont toujours et largement contribué aux différents débats, comme celui qui s’ouvrira très prochainement à l’occasion de ces élections à enjeu capital pour Saint-Martin.

La rupture plus que jamais

Je mesure depuis quatre ans ce que cela peut coûter à un homme, politique ou pas, lorsqu’il refuse les règles démodées et claniques d’une classe politique et d’un système qui détournent le débat de fond, déplacent les enjeux. Ce système est devenu depuis 2007 le principal frein au développement de Saint-Martin et au bien-être de sa population. C’est ce système que j’ai refusé, que je refuse encore aujourd’hui, et que je continuerai à refuser, même s’il devait encore y avoir un prix à payer !

Je suis naturellement candidat

Je suis donc naturellement candidat aux élections territoriales de Saint-Martin des 19 et 26 Mars 2017. Ainsi, je réponds à l’appel de fidèles amis et d’une bonne partie de la population saint-martinoise qui comme moi, sont convaincus de la pertinence de mes propositions.

Pour moi, cela constitue un grand honneur et une responsabilité de servir son pays quand il vous appelle, et il est de mon devoir de me mettre au service de mon pays et de servir la population.

Je souhaite vivement être le dernier à déclarer ma candidature même si certains verront dans cette multitude de listes un signe de bonne santé démocratique et de pluralisme.

Le salut dans le rassemblement

Pourtant, devant l’importance des enjeux et les attentes de la population, je continue à nourrir l’espoir d’un sursaut pour que les conditions d’un grand rassemblement, auquel j’aspire fortement, soient trouvées pour penser ensemble l’avenir de Saint-Martin et de sa population au sein du groupe : “En Marche pour le Progrès.

Alain Richardson

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.