Temps de lecture estimé : 2 minutes

Deux braqueurs ont été condamnés en leur absence à 5 ans et 7 ans de prison et font l’objet d’un mandat d’arrêt.

Le 5 septembre 2014, la station service de la Baie Orientale est braquée par trois hommes armés et cagoulés. L’un d’eux oblige l’agent de sécurité à s’allonger sur le sol, lui vole son iphone, une bague et le frappe. Un autre met en joue le pompiste, qui donne ce qu’il a encaissé, entre 200 et 300 euros. Puis ils s’enfuient dans une Toyota Corolla volée, avec une fausse plaque d’immatriculation, conduite par un quatrième comparse.

Un peu plus tard le même jour, un jeune de 17 ans se fait agresser par les mêmes individus, qui lui volent son scooter. La Corolla est retrouvée peu après à Howell Center par les gendarmes, alors que les malfaiteurs prennent la fuite à bord d’un autre véhicule. Dans la Toyota, les gendarmes retrouvent un passeport de Saint-Kitts et un billet d’avion pour Saint-Kitts, au nom de l’un des braqueurs, L.M., qui fait depuis l’objet d’un mandat d’arrêt.

Un autre, J.R., est interpellé peu après chez lui, où l’on retrouve l’iphone et la bague du pompiste. Il reconnaît les faits, mais ne donne pas les noms de ses complices. Il s’avère qu’il a été incarcéré à Sint Maarten en 2013 pour des faits similaires et que le pistolet a été utilisé pour commettre un meurtre en 2014. Il est placé sous contrôle judiciaire, mais ne l’a jamais respecté.

Plusieurs personnes ont été victimes de ces individus, mais seule la tante du citoyen de Saint-Kitts était présente à l’audience jeudi. Elle s’est portée partie civile parce que son neveu, qu’elle hébergeait, lui a volé la Toyota Corolla, qu’elle a récupéré en mauvais état. L.M. a été condamné à cinq ans et J.R. à sept ans de prison. Ils sont également condamnés à payer 900 euros à la tante de L.M., qui devra s’adresser à la commission d’indemnisation des victimes d’une infraction pénale si elle veut récupérer son argent.   

BD

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.