Temps de lecture estimé : 1 minute

Simultanément et parce qu’il n’était sans doute pas question de laisser à la gauche l’exclusivité de l’actualité, François Fillon tenait large meeting à Paris.

En plein cœur de la tourmente, assailli qu’il est par l’affaire Pénélope et Fils, le discours de François Fillon avait pour autant quelque chose d’homérique, puissant et assis sur le panel des valeurs traditionnelles à la française… Le sujet n’a pas été éludé faisant même le préambule de son intervention.

Ne nous laissons pas arrêter par la grande conjuration des impuissants. La France n’est pas à leur image. Elle n’a pas besoin de béquilles. Pas besoin de ceintures et de bretelles. Elle a l’énergie qu’il faut pour réussir seule, (…) malgré les spécialistes de l’enfumage”. Un discours qui le place à la droite de la droite assez proche in fine de l’ultra… Marine. La candidate FN ne s’y était d’ailleurs pas trompée dans la semaine qui vient de s’écouler puisque c’est bien le candidat LR qui a fait l’objet de ses attaques les plus radicales, tandis que Fillon la qualifiait dans son discours du 29 janvier de “quatrième gauche”.

IR

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.