Selon la loi de transition énergétique datant de 2105, les territoires d’outre-mer devront se doter de systèmes d’énergies nouvelles renouvelables (ENR) à hauteur de 50% en 2020 pour atteindre les 100% en 2030.

Saint-Martin a beaucoup de retard en ce domaine puisqu’aucune installation n’y est présente hormis quelques panneaux photovoltaïques (plus communément appelés panneaux solaires) sur les toitures peu ou mal raccordés au réseau électrique contrairement à la Guadeloupe qui dispose actuellement du plus grand parc photovoltaïque installé aux Antilles.

C’est la Semsamar qui s’est donc engagée aux côtés des pouvoirs publics pour tout mettre en œuvre afin que soit respectées les exigences de cette loi avec 2 projets d’envergure : la réalisation de fermes solaires et la mise en place de panneaux solaires sur toutes les toitures des résidences Semsamar.

Pour ce qui concerne les fermes solaires, une étude du patrimoine foncier de la Semsamar a permis de  choisir 3 terrains disponibles baptisés  Spring 1 et Spring 2 à Concordia ainsi que Green Valley à Grand-Case. Ces parcelles ont été sélectionnées car elles répondent à plusieurs critères bien spécifiques, notamment une surface d’environ 20.000 m2, des points de raccordement au réseau électrique à proximité et aucune perspective de construction pour des habitations. Ces 3 fermes solaires permettront de produire suffisamment  d’électricité pour la consommation courante de 2.200 habitants en évitant l’émission de 1.200 tonnes de CO2 chaque année.

Ce seraient donc les premiers pas de Saint-Martin dans le processus de transition énergétique. L’installation de panneaux photovoltaïques sur les toitures du patrimoine bâti de la Semsamar est prévu pour les résidences telles que Le Calypso à Concordia, Les Salines, Les Deux Frères et Les Hirondelles à Quartier d’Orléans ou encore la résidence Cul-de-Sac.

Parallèlement à cela, la Semsamar se dit prête à accompagner la Collectivité si toutefois celle-ci désirait faire de même en installant des panneaux solaires sur les bâtiments publics, d’autant plus que la situation privilégiée de Saint-Martin présente des conditions climatiques particulièrement favorables tout comme la Guadeloupe (le nombre d’heures d’ensoleillement annuel étant largement supérieur à la moyenne nationale). Ceci constitue un atout majeur pour la production solaire photovoltaïque et cela permettrait d’acquérir une plus grande autonomie énergétique tout en agrandissant peu à peu le pourcentage des énergies nouvelles renouvelables sur l’île.

De là à atteindre les 50% d’ENR d’ici 2020 comme le prévoit la loi, c’est une autre histoire…

JMC

Commenter avec Facebook
- Publicité -

Réagir à l'article

Please enter your comment!
Please enter your name here