Temps de lecture estimé : 2 minutes

Il a 20 ans, est étudiant en section cuisine au lycée professionnel de Philipsburg, son père a assuré les enquêteurs qu’il était un bon garçon, mais il est prévenu pour un double recel de scooter, le transport d’un couteau à cran d’arrêt et d’un coup de poing américain, l’usage de cannabis et un refus d’obtempérer à une sommation des gendarmes.

Le 23 mars 2016, à Quartier d’Orléans, pour ne pas être contrôlé, il abandonne le scooter que lui avait prêté un « ami », mais laisse tomber une pièce d’identité dans la manoeuvre. Le scooter est volé et son nom est alors inscrit dans un fichier.

Le 18 septembre 2016 au Galion, re-contrôle alors qu’il circule à bord d’un scooter Piaggio sans carénage et au numéro de série abîmé, également volé, mais qu’il a acheté 600 dollars à quelqu’un dont il ne donnera pas le nom. Ce jour-là, il remet spontanément les deux armes blanches qu’il transporte, ainsi qu’un petit sachet de cannabis, et le contrôle de son identité permet aux gendarmes de faire le lien entre les deux affaires.

« Lorsque quelqu’un achète un scooter dans des conditions anormales, il prend un risque et la justice présume que la situation de cet engin n’est pas très claire, » l’informe le juge Égron-Reverseau. Des propos que reprend le procureur Ohayon en ajoutant que le Piaggio a été volé en octobre 2014 dans des conditions particulièrement violentes, par des individus qui ont mis un revolver Beretta sous la gorge de son propriétaire. Il requiert une peine de prison avec sursis, des travaux d’intérêt général et une amende.

Le prévenu ayant accepté l’idée de travailler gratuitement, pourvu que cela ne nuise pas à ses études, le tribunal l’a condamné à deux mois de prison avec sursis et 80 heures de travaux d’intérêt général à effectuer dans un délai de 18 mois.

BD  

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.