Mme la vice-présidente de la Collectivité Ramona Connor a fait  un premier bilan samedi 04 février, pour la clôture de la formation dispensée aux aidants familiaux des malades d’Alzheimer.

Organisée par la Collectivité de Saint-Martin, cette formation s’est faite avec le soutien de France Alzheimer Guadeloupe tel que l’ont présenté M. Paul Dollin, directeur du service de l’autonomie des personnes, Mme Céline GOMBAULT, aidante familiale bénévole et Mme Valéry BOULOGNE, psychologue-gérontologue.

Les maladies de la mémoire et leurs conséquences sur la vie des malades, les difficultés rencontrées par les aidants familiaux et l’utilité de ce type de formation pour accompagner les familles étaient les principaux sujets abordés lors de cette formation d’une durée totale de 14 heures à laquelle ont participé plus d’une dizaine de personnes.

Il est à noter que le faible nombre de participants est volontaire afin de favoriser les échanges car au moins 220 malades sont répertoriée à Saint-Martin.

Cinq modules étaient proposés :

  • connaître la maladie d’Alzheimer,
  • les aides sociales, financières et juridiques existantes,
  • l’accompagnement des malades au quotidien ainsi que le temps de partage et de détente,
  • la communication entre l’accompagnant et le malade afin de maintenir l’échange, de répondre aux manifestations de l’humeur et aux conduites dérangeantes
  • la modification des rôles de chacun au sein de la famille.

Si l’on parle beaucoup de la maladie d’Alzheimer, on ne parle pas assez de la souffrance des accompagnants et du positionnement qu’ils doivent adopter face à des situations qui sont toutes différentes selon les cas. Le maintien à domicile est toujours favorisé car le manque de structures efficaces est flagrant mais souvent les aidants familiaux se trouvent démunis faute d’information et de conseils pour adopter une attitude qui soit le moins contraignante possible tout en restant proche du membre de la famille concerné.

Cette formation permet ainsi aux aidants de disposer des outils nécessaires pour vivre au mieux leur engagement et ne pas s’épuiser. Les bonnes pratiques d’accompagnement sont indispensables pour mieux comprendre la maladie et offrir une meilleure prise en charge quotidienne.

Un projet de mise en place de Cafés Alzheimer a été évoqué, il s’agirait d’organiser des groupes de paroles composés de bénévoles encadrés par des professionnels afin que chacun puisse faire part de son expérience, car se faire aider pour mieux aider est vraiment primordial.

JMC

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.