Saint-Martin compte plus d’une centaine d’associations qui œuvrent dans des domaines aussi variés que le sport, la culture ou le social ; nous nous sommes intéressés à une des plus emblématiques : Le Manteau dont la présidente Mme Hélène Micot-Bride et la directrice Mme Audrey Gil ont bien voulu nous retracer l’histoire et nous donner quelques explications sur son fonctionnement.

En 1998, le Père Charles Cornélius fonde l’association après le passage de plusieurs ouragans (Luis et Marilyn en 1995, Bertha en 1996 et Georges en 1998), car de nombreux habitants sont en situation de grande précarité. Quelques années plus tard, en 2006, le premier centre  d’accueil et d’hébergement d’urgence ouvre ses portes dans un local mis à disposition par la municipalité. On y distribue des vêtements et de la nourriture aux plus démunis qui peuvent y prendre leur douche et même y dormir en cas d’extrême urgence.

A partir de 2006 et après bien des formalités administratives, l’association va opter pour une organisation différente tout en gardant la même orientation dans le souci d’une plus grande efficacité, Le Manteau devient alors un centre d’hébergement et de réinsertion sociale avec 12 lits destinés à recevoir des femmes et des enfants sans logis ainsi que des femmes victimes de violences sur des périodes un peu plus longues tout en maintenant un accueil de jour pour tous, mais l’hébergement des hommes ne peut être envisagé à cause des locaux non fonctionnels et trop exigus.

Les choses évoluent encore après un appel à projet de l’Etat lancé et en 2016 ce sont 475 inscrits qui bénéficient de l’aide apportée par l’association qui voit avec inquiétude l’augmentation constante des demandeurs de toute nationalité (dont l’arrivée récente de 175 vénézuéliens demandeurs d’asile politique). De 30 il a fallu passer à 50 repas par jour et les 10 permanents  qui travaillent ici ont bien du mal à joindre les deux bouts. En effet, outre les locaux et l’électricité fournis gratuitement, il leur faut assurer toutes les charges de fonctionnement uniquement grâce à la maigre subvention octroyée par l’Etat et aux dons des particuliers et entreprises locales (soulignons au passage que le supermarché Super U se montre très généreux).

L’aide apportée par Initiative Saint-Martin est également très précieuse car le suivi a toujours été régulier depuis la création, les démarches administratives ont pu être réalisées avec davantage de facilité afin de pouvoir s’inscrire dans un projet d’économie sociale et solidaire. Initiative Saint-Martin accompagne le Manteau depuis 2015. A l’époque l’association connaissait quelques difficultés de trésorerie. Après un diagnostic et un travail sur l’ensemble de la structure (optimisation de la gouvernance, de la gestion financière et des ressources humaines), un contrat d’apport associatif leur a été accordé. Cela leur a permis de sécuriser leurs actions grâce notamment à l’embauche d’une directrice, membre indispensable pour l’obtention d’agrément et donc d’aides de l’Etat. Puis en juillet 2016, dans le cadre de l’Appel à projet ESS, Initiative Saint-Martin les a à nouveau accompagnés dans leur montage de projet.

Au Manteau, on peut consulter une infirmière de la Croix Rouge, une assistante sociale, un juriste, une éducatrice ou un médiateur mais la reconnaissance n’est pas toujours au rendez-vous et il arrive souvent que les accueillants soient victimes de violences verbales souvent dues à la forte consommation d’alcool et de drogues. Pourtant personne ne perd espoir et un nouveau projet est en cours de réalisation : la création d’un espace de vente de vêtements, meubles et objets divers réhabilités, le produit des ventes sera destiné à améliorer le fonctionnement de l’association tout en permettant à certains de pouvoir se réinsérer en participant aux travaux de remise en état des articles proposés.

Toutefois, il reste encore beaucoup à faire selon Hélène et Audrey dont le souhait le plus cher serait de pouvoir offrir un hébergement pour les hommes qui manque cruellement à cet unique centre d’accueil de Saint-Martin.

JMC

Commenter avec Facebook
- Publicité -

Réagir à l'article

Please enter your comment!
Please enter your name here