“Un Saint-Martinois est une personne qui peut tracer les racines d’un ou de ses deux parents à partir de 1963 (ou avant). Ces liens de sang ne peuvent pas être séparés par la nationalité ou les frontières coloniales. Il ne s’agit pas d’être né ici ou né pour être ici, il s’agit de notre sang. Nous sommes un peuple de foi. Nous sommes un peuple d’amour. Nous sommes un peuple d’unité. Nous sommes la Friendly Island… Nous entretenons un lien étroit avec notre terre dans nos pratiques culturelles et économiques. Nous souffrons de la marginalisation économique et politique en tant que groupe minoritaire”.

Tel est le message du Soualiga Grassroots Movement dont le président, M. Horace Whit, nous a reçu en compagnie de Jean-Louis Ray (alias X-Ray) ainsi que d’autres membres du parti qui est actuellement en phase de constitution d’une liste en vue des prochaines élections territoriales.

Ils nous ont précisé leurs intentions et leur motivation : de même qu’au niveau national, certains ont adopté comme mot d’ordre La France pour les Français, celui du Soualiga Movement est clair : “Saint-Martin pour les Saint-Martinois”.

Rétablir les valeurs d’une population pour que la société en état de stagnation générale fonctionne à nouveau correctement, reprendre le pays et y remettre de l’ordre afin de rétablir la paix sociale, tels sont les objectifs définis pour qu’un changement réel soit perceptible au niveau de l’immigration, de la condition de la jeunesse, des problèmes de délinquance et d’insécurité.

Horace Whit a le sentiment qu’il peut créer la surprise dès le premier tour car il se sent soutenu par la rue et particulièrement par la jeune génération qui semble très réceptive à son message. Le cheval de bataille reste assurément  le problème de l’immigration qui  à terme sera la principale cause de la disparition du peuple Saint-Martinois selon M. Whit.

Outre la modification du système fiscal, des projets destinés à améliorer la circulation font également partie des propositions : tunnel entre Marigot et Quartier d’Orléans, pont entre Bellevue et les Terres Basses, etc… Les solutions existent et les possibilités d’aménagement et d’amélioration des conditions de vie de la population sont nombreuses et réalisables sans pour cela disposer d’un budget conséquent.  

A l’issue du premier tour des élections territoriales, Horace Whit n’exclut pas une éventuelle coalition pour le second tour. La liste des noms de ses colistiers sera communiquée ultérieurement.

JMC

Commenter avec Facebook
- Publicité -

Réagir à l'article

Please enter your comment!
Please enter your name here