En mars 2016, la gendarmerie recueille la plainte d’un individu, qui a constaté la disparition de 1 120 euros de son compte en banque.

L’enquête démontre que cette somme a été retirée dans un distribanque et les soupçons s’orientent rapidement vers la mère du plaignant, chez laquelle il vit, ainsi que sa soeur. Les deux femmes ont comparu à la dernière audience du tribunal correctionnel, où elles étaient prévenues pour escroquerie.

La mère est retraitée, sa fille est infirmière sur la partie hollandaise, et toutes les deux répondent avec franchise aux questions du tribunal. Oui, elles ont pris cet argent en utilisant la carte bancaire qui venait d’arriver par la poste, ainsi que son code. Et elles ne le regrettent pas.

Le fils en question – qui depuis a quitté leur domicile et vit chez une femme – profitait d’elles, ne payait rien, venait mettre les pieds sous la table comme au restaurant et de surcroît se montrait violent lorsqu’il abusait de substances illicites. Elles se sentent d’autant moins coupables que l’argent venait de la CAF et qu’elles prennent soin de son petit garçon de huit ans, abandonné par sa mère et dont son père ne s’occupe pas.

Il n’empêche que ce qu’elles ont fait est interdit aux yeux de la loi. Elles ont été condamnées à 150 euros d’amende chacune.

BD

Commenter avec Facebook
- Publicité -

Réagir à l'article

Please enter your comment!
Please enter your name here