À l’occasion du séminaire consacré cette semaine à la sexualité de l’adolescent (voir notre édition de Vendredi 10 Février), le Dr Pierre Benghozi a bien voulu nous donner quelques précisions à ce sujet. 

Président de l’Institut de Recherche en Psychothérapie du couple et de la famille, membre du bureau et président de la section couple et famille de l’European Federation Psychoanalytic Psychoterapy, membre du Comité exécutif de la Chaire UNESCO Santé sexuelle & Droits humains, ce pédopsychiatre, psychanalyste met en avant l’importance de la santé sexuelle à notre époque qui selon lui est indissociable de la notion de désir, de plaisir et bien sûr de sexualité qu’elle soit vécue de façon intime ou publique, car c’est bien là que se situe le principal problème des adolescents qui, selon le Dr Benghozi sont la parfaite représentation de la réalité sociale actuelle.

Les nouvelles technologies participent à l’évolution et à la diffusion des informations ayant trait à la sexualité mais avec parfois une mauvaise compréhension de la part d’un public non préparé, ce qui par la force des choses, a tendance à modifier les comportements des plus jeunes. L’ère de la sexualité immédiate sans rapport au temps et au plaisir ne fait qu’accentuer la notion de non-respect du corps et cela peut varier selon les traditions culturelles de l’endroit.

Saint-Martin est un exemple flagrant de cette situation par de la mixité de sa population, et la circulation des images par le biais des réseaux sociaux ou à l’aide des téléphones portables ne fait qu’aggraver cette mise en péril des jeunes face à une sexualité en déroute. S’ajoute à cela la banalisation de certaines pratiques sexuelles autrefois tabous ou non-avouées ainsi que le visionnage de sextapes.

La réponse de Pierre Benghozi à la question concernant la prostitution des adolescents est plus générale car sa méconnaissance du territoire Saint-Martinois ne lui permet pas d’en avoir une idée précise. Toutefois, il souligne que ce symptôme de destruction sociale trouve bien souvent ses origines chez l’enfant jeune à cause d’une insuffisance de considération de son corps et même de ses droits. Un parcours identitaire et migratoire auquel s’ajoutrnt parfois des humiliations et un système familial déstructuré peut effectivement mener à des dérives dès les premières heures de l’adolescence.

Une défaillance de l’espace social et politique serait donc à l’origine de la mauvaise santé sexuelle de la population et plus particulièrement des adolescents…

JMC

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.