Temps de lecture estimé : 2 minutes

Contrôlé à deux reprises au guidon d’un scooter volé, en mars puis en décembre 2016, ce jeune mécanicien, né à Saint-Martin en 1987, a été jugé pour recel à l’audience du tribunal correctionnel du 9 mars.

Il avait loué le premier scooter pour trois jours à bas prix dans le premier cas et l’avait emprunté à un ami dans le second, lequel ami avait trouvé la mort sur la route de Grand-Case en moto cross le lendemain. Il n’a bien sûr pas pu présenter les papiers des engins aux gendarmes et leur a même donné une fausse identité. À la barre, il répond du bout des lèvres aux questions du juge, mais admet tout de même qu’il n’a aucune envie de revenir tous les trois mois devant le tribunal.

En évoquant les trop nombreux scooters volés et les conditions dangereuses dans lesquelles circulent les conducteurs de deux roues sans casque ou sur la roue arrière, le procureur l’informe que les contrôles sur les deux roues s’intensifient, avec pour conséquence la confiscation des engins qui ne seront pas en règle. Il a été condamné à 3 mois de prison avec sursis et 120 heures de travail d’intérêt général. Il devra également verser 1500 euros au propriétaire du premier scooter, représenté par une avocate, et payer 1000 euros pour ses frais de justice.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.