Temps de lecture estimé : 5 minutes

Tout sera prêt pour recevoir le public de la deuxième édition du festival de musique électronique de Saint-Martin créé par Julian Arbia. 

Ca bosse à Happy Bay !

C’est à Happy Bay que nous avons rencontré les principaux membres chargés de l’organisation : Didier Bornat, directeur de production et Abdou El Ouali, coordinateur et directeur artistique. Telle une fourmilière multicolore où s’affairent menuisiers, électriciens et artistes décorateurs , le chantier est occupé par des matériaux et engins divers qui pourraient laisser croire que rien ne sera terminé pour le premier jour du festival, soit Mercredi 15 Mars prochain. Pourtant, rien n’est laissé au hasard pour recevoir le public qui sera présent durant les 5 jours et 5 nuits pendant lesquels pas moins de 100 DJs vont se relayer sur les différents sites sélectionnés pour cette seconde édition.

Eco-responsables …

Depuis plus de 2 mois, la préparation des lieux a nécessité l’intervention de nombreux artisans et entrepreneurs locaux compétents dans tous les domaines comme la réalisation d’espaces réservés aux véhicules, le débroussaillage de l’ensemble de la surface, la fourniture de véhicules de transports et d’engins de travaux et même la mise en place de groupes électrogènes fournissant l’énergie nécessaire au bon fonctionnement des outils. En tout, ce sont 130 personnes, dont la plupart a été embauchée localement, qui auront participé au montage et à l’aménagement des infrastructures réalisées à partir de matériaux recyclés (et qui le seront une seconde fois après la fin du festival). Toutefois, une main d’œuvre spécialisée a dû être recrutée à l’extérieur de l’île pour tout ce qui concerne le son et la lumière qui seront gérés par des professionnels canadiens ainsi que pour la scène principale qui a été fabriquée en France pour des questions de normes de sécurité.

Des problèmes liés notamment à la lenteur des approvisionnements n’ont pas facilité la tâche des organisateurs, mais ils n’ont pas caché leur enthousiasme face à la beauté exceptionnelle du site et à l’accueil qui leur a été réservé. Toutes les autorisations ont été obtenues en temps et en heure et tous les moyens ont été mis en œuvre pour que le projet soit mené à bien sans difficultés, en assurant un niveau de sécurité maximum pour le public.

Objectif : promouvoir !

Décidés à pérenniser cet événement, ils souhaitent que dès l’année prochaine les associations et artistes locaux y soient davantage impliqués afin que d’ici 10 ans, Saint-Martin soit reconnue comme un des principaux lieux qui comptent pour les amateurs de musiques électroniques. Il est important de préciser que par son choix musical, ce type de festival ne draine pas une clientèle bas de gamme bien au contraire. Le prix des tickets d’entrée peut sembler dissuasif mais sélectionne une catégorie de clientèle aisée et “fashion” dans la tranche d’âge 18/50 ans.

De nos jours, ce ne sont plus les punks à chiens qui se déplacent pour ce type d’événement, mais plutôt les traders branchés, bien loin de l’image que l’on se fait des festivaliers traditionnellement catalogués comme des hordes de drogués laissant derrière eux un champ de détritus et un site ravagé par des heures de piétinements convulsifs. Afin de casser l’image encore négative que la population pourrait avoir vis-à-vis de ce type d’événement, les organisateurs mettent un point d’honneur à respecter l’environnement et veillent à ce que les retombées économiques directes soient bénéfiques pour l’île qui les accueille.

Sécurité OK

Au niveau de la sécurité, tout a été pensé en collaboration avec les autorités locales et les services de la Gendarmerie Nationale afin de fluidifier la circulation aux abords des sites et une brigade privée de 22 agents de sécurité est également prévue pour qu’aucun incident ne vienne troubler la fête.

… et ne pas oublier de s’amuser

Après le Carnaval et la Regatta, la fin de l’hiver est donc riche en festivités et les organisateurs nous expliquent d’ailleurs que le choix des dates ne s’est pas fait au hasard. Il y a plusieurs raisons à cela : tout d’abord parce que les festivaliers vont pouvoir bénéficier d’un climat idéal, le soleil au cœur de l’hiver ajoutant encore un peu de magie à la fête , ensuite parce que la plupart des DJs entament ensuite un circuit Européen et Mondial à partir du printemps. Saint-Martin qui habituellement obtient un taux de remplissage de + ou – 80% à cette période de l’année, affiche d’ores et déjà complet pendant toute la durée du festival ainsi que pour les jours précédents et suivants, (avions, hôtels, locations, etc…).

On ne peut donc que se réjouir des retombées économiques positives de l’implantation sur nos terres de ce festival qui va également contribuer à rajeunir une clientèle vieillissante qui frémit à l’idée de devoir subir 5 jours d’électro. Soyez rassurés, braves gens, il ne s’agit d’électrocardiogramme, mais de musique électro… ça change tout !

JMC

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.