Temps de lecture estimé : 3 minutes

 

Si le pourboire est une coutume qui se perd depuis longtemps en France métropolitaine et en Europe à cause du “service compris”, son équivalent américain, le TIP est en revanche très populaire voire obligatoire dans certains établissements.

C’est pour cette raison qu’à Saint-Martin on “tipse” tout-à-fait naturellement surtout dans les restaurants où les clients, sont américains pour la plupart. Ne pas tipser signifie que vous n’avez pas été satisfait de la prestation qu’on vous a offerte, ce qui est très mal vu si le service s’est passé sans le moindre incident.

Le montant des tips est variable, les touristes d’Amérique du nord laissent en général l’équivalent de 10 ou 15% du montant de l’addition, les français (touristes ou locaux) sont généralement moins généreux mais se plient tout de même à cette tradition sachant pertinemment que bien souvent les serveuses ou les barmen ne touchent pas des salaires énormes.

La répartition des pourboires se fait de deux façons différentes :

  • soit ils sont mis en commun et partagés à parts égales entre tous les employés,
  • soit chacun garde les siens, mais quoiqu’il en soit, le patron ne doit en aucun cas effectuer un quelconque prélèvement sur cette somme.

Cela paraît tellement logique qu’il n’est pas permis d’en douter une seconde, et bien détrompez-vous car bien souvent les employés ne perçoivent pas l’intégralité du montant qui leur est dû. Et ceci est particulièrement vrai à Saint-Martin, voici 3 exemples concrets :

Un restaurant dont la réputation n’est plus à faire procède de la façon suivante : les pourboires sont centralisés et répartis entre les serveurs à hauteur de 50% pour le chef de salle, 25% pour les plus anciens et rien pour les nouveaux employés qui travaillent pourtant autant que les autres sinon davantage. Pas très motivant…

Un autre établissement qui organise régulièrement des soirées qui se prolongent toute une partie de la nuit propose 2 alternatives à ses employés : soit rester jusqu’au bout de la soirée pour percevoir leur part de tips mais sans être payés davantage pour les heures supplémentaires effectuées (de nuit), soit partir à l’heure habituelle mais sans toucher les tips puisque ceux-ci ne seront distribués qu’à la fermeture plus tard dans la nuit…. On y perd quoiqu’il arrive.

Un troisième enfin opte pour une solution plus radicale : tous les tips sont empochés par le patron qui menace de licenciement tout employé qui se risquerait à “détourner” les pourboires auxquels il a pourtant droit. Notons au passage que bien souvent les saisonniers n’étant pas déclarés, la procédure pour les congédier s’en trouve fort simplifiée.

Un conseil donc : avant de tipser, assurez-vous que cela revient bien à la personne que vous voulez récompenser. Afin de remettre les choses à leur place, il faut savoir que la mention “service compris” n’empêche aucunement de donner un pourboire et que seuls les employés en contact avec le public sont censés en recevoir.

Et pour ceux qui se demandent encore quelle est la signification de TIP , c’est tout simplement : “To Improve Performance”… inutile de traduire, vous l’aurez fait vous-même.

JMC

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.