Temps de lecture estimé : 5 minutes

Aline Hanson, vous avez choisi jusque dans le nom même de votre liste de poser votre candidature dans la continuité de votre mandature actuelle. Quels sont plus précisément les axes sur lesquels vous espérez poursuivre votre action ?

Permettez-moi tout d’abord de rappeler une réalité simple : le temps du citoyen qui attend des réponses immédiates à ces demandes (emploi, logement, écoles, etc…) est difficilement conciliable avec le temps de l’élu.

Cela veut dire que la mise en œuvre des projets est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît, de la décision à la réalisation. Du plan de financement en passant par les procédures d’appel d’offres, il faut surmonter un nombre incalculable d’obstacles en raison d’une réglementation toujours plus contraignante. Prétendre tout réaliser en quelques mois comme certains le disent n’est pas réaliste et relève de la propagande électorale.

Le courage et la volonté ne m’ont jamais quittée et nous avons bien avancé pour mener à bien nos réalisations. Alors oui, je souhaite continuer l’espace d’un dernier mandat pour faire aboutir les projets que j’ai engagés pour le développement de Saint-Martin et de sa population.

Les axes prioritaires de notre projet sont :

  • L’emploi et la formation professionnelle (Créer les conditions économiques permettant la création d’emploi / démocratiser l’accès de tous à la formation professionnelle)
  • L’éducation pour permettre à notre jeunesse d’étudier dans de bonnes conditions (amélioration du cadre de vie des scolaires et des personnels – mise aux normes antisismiques des établissements scolaires, développement du bilinguisme, développer les partenariats, etc.)
  • La fiscalité (accroître l’attractivité fiscale du territoire / améliorer le recouvrement et garantir l’égalité de traitement devant l’impôt)
  • La redynamisation du centre-ville de Marigot, l’aménagement de sa baie, et la mise en valeur des autres quartiers de Saint-Martin
  • L’aménagement du territoire et l’amélioration du réseau routier

Cette continuité reste tout de même relative puisque seuls 3 de vos colistiers de 2012 figurent sur votre liste. Est-ce une volonté de votre part, de leur part ? Comment la traduire ?

Celles et ceux qui me connaissent savent que ma volonté est celle du rassemblement, de l’unité et du respect de la parole donnée. Je suis particulièrement attachée à ces valeurs.

Les hommes et les femmes politiques ont un devoir d’exemplarité et j’appelle chacun à faire son examen de conscience. Moi, j’ai fait le mien et cela m’a conduit à être candidate pour défendre mon bilan et poursuivre l’action que j’ai engagée, car c’est avant tout le bilan de ma mandature.

Pour conclure, je ne dirais qu’une chose : je regrette que les ambitions personnelles de certains membres de la majorité sortante aient pris le pas sur l’intérêt général.

Les paris étaient ouverts jusqu’à la dernière minute quant à votre capacité à rassembler 25 hommes et femmes, en particulier parce que vu de l’extérieur, vous avez débuté tardivement. Comment qualifierez-vous votre liste ?

J’ai attendu avant de déclarer ma candidature, car j’ai tenu à assurer ma fonction de présidente jusqu’au bout de mon mandat. Je suis la seule des candidats à assumer cette haute responsabilité.

J’aurais pu faire le choix de privilégier ma famille et mon confort personnel, mais je vous l’ai dit, je veux finir le travail. J’ai le soutien de mes proches et je l’espère celui de la population, pour mener ce dernier combat jusqu’au bout. Saint-Martin que j’aime par-dessus tout mérite cet engagement. Alors, je mets une fois encore mon courage, ma probité et ma détermination à son service.

Notre liste est une liste d’ouverture et de rassemblement. Elle s’est constituée sur des critères de compétence, de loyauté et d’éthique.

C’est une belle équipe dans laquelle les plus expérimentés partagent avec enthousiasme et en toute intelligence avec les nouveaux venus, autour d’un projet ambitieux, réaliste et réalisable.

Même si depuis le RPR, vous n’avez plus revendiqué d’encartage national, on vous sait plutôt de droite et proche des Républicains. Est-ce un élément à intégrer dans le cadre d’une prochaine mandature fusse-t-elle dans l’opposition, ou à projeter vers d’éventuelles candidatures nationales ?

Nul n’ignore que je suis une femme de droite, car je suis toujours restée fidèle à mes idées. La géographie politique telle qu’on la connaît dans l’hexagone ne peut pas être dupliquée sur un territoire aussi particulier que Saint-Martin. Pour ma part, je refuse de me laisser enfermer dans cette approche partisane, j’ai toujours travaillé avec les autres forces politiques. Mon parti est Saint-Martin et sa population plurielle. Seul l’intérêt général me guide. Il n’y a qu’à voir : je suis bien la suppléante du sénateur Guillaume Arnell qui à ma connaissance se situe à la gauche de l’échiquier politique.

Madame Hanson, malgré les pronostics de certains, vous avez traversé cette mandature tout en luttant sur bien des fronts. Pensez-vous que demain la collectivité puisse être gérée autrement qu’en faisant face à des urgences permanentes ?

Notre liste porte une vision d’ensemble. Mon idée est que l’action politique doit marcher sur ses 2 jambes. L’une est faite des orientations stratégiques, c’est à dire le cap que l’on a fixé pour territoire. L’autre est la prise en compte des demandes de la population en prise directe avec le quotidien. L’une se nourrit de l’autre, même si les échelles et les enjeux sont distincts.

Pour répondre plus directement à votre question, je dirais que ma conviction est que les situations d’urgence reculent quand le projet est suffisamment pertinent pour anticiper les difficultés.

L’élaboration collective d’un projet de territoire chiffré et finançable sera le premier chantier de ma mandature. Nous y mettrons l’énergie nécessaire pour être plus efficaces dans la réalisation de nos chantiers.

Commenter avec Facebook

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.