Temps de lecture estimé : 2 minutes

Saint-Martin se souvient d’une série de violents braquages en septembre et octobre 2008.

Le 9 septembre, au restaurant les 13 Travaux d’Hercule, à Cul-de-Sac, un client était défiguré par un coup de feu. Le lendemain, chez Equip à Bellevue, le vol à main armée tournait court. Le 8 octobre, des coups de feu étaient tirés à La Poste de Quartier d’Orléans et une sacoche volée.

Le lendemain, la police de Sint Maarten arrêtait quatre individus venant de commettre un braquage et retrouvait la sacoche volée à La Poste dans leur véhicule. Jugés à Sint Maarten pour ce braquage, les quatre malfaiteurs avaient écopé de quatre ans de prison. Ils avaient à l’époque nié toute implication dans les faits commis sur la partie française, mais quatre mandats d’arrêt internationaux étaient émis en octobre 2011. Ils auraient logiquement dû être cueillis à leur sortie de la prison de Pointe Blanche, mais la communication entre les forces de l’ordre ne fonctionnant pas au mieux à cette époque, les quatre braqueurs avaient été directement expulsés vers leur île d’origine, à Saint-Kitts et en Dominique.

Depuis, l’expertise balistique a permis de rapprocher les armes utilisées à Sint Maarten et à Saint-Martin et d’identifier formellement les auteurs des vols à main armée. Et c’est donc seulement hier que ces braqueurs ont été jugés, en leur absence.

Le propriétaire du restaurant de Cul-de-Sac s’est porté partie civile et a demandé un dédommagement pour le traumatisme qu’il a vécu et la baisse de son activité après ce violent épisode.

Ils ont été condamnés à quatre ans de prison ferme, 5000 euros de dommages et intérêts et 1000 euros de frais de justice. Les mandats d’arrêt internationaux sont maintenus.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.