Temps de lecture estimé : 2 minutes

Dans cette “campagne”, ce qui choque le plus, c’est la dissonance entre le désintérêt léthargique de la plupart des électeurs et l’euphorie inquiétante de certains candidats.

Les raisons du premier étant maintenant largement connues et commentées, nous nous sommes intéressés à celles du deuxième : d’où vient donc l’énergie, parfois agressive dont font montre certains sur les podiums, en particulier ceux qui jusqu’alors étaient plutôt réservés voire introvertis ?

Une fois abandonnée la piste d’un éventuel engouement généré par les perspectives de gestion de la COM, celles-ci étant plutôt sombres ; une fois évacuée l’hypothèse d’une économie relancée par un contexte national favorable ; une fois éliminée l’exemplarité des candidats à la présidence de la République et toutes les autres bâties sur des éléments contextuels ou réglementaires qui pourraient projeter des explications rationnelles aux métamorphoses de tristes papes en gais lurons… il en reste une que nous n’avons pu balayer au regard de certaines prestations et récits : la prise de produits stupéfiants.

N’ouvrez pas de grands yeux outrés, l’observatoire français des drogues et toxicomanies a récemment rappelé que les métiers à forte pression et la politique notamment généraient de plus en plus de conduites addictives, la cocaïne et les amphétamines étant identifiés comme les stimulants les plus utilisés dans cette quête de la performance.

En effet, la cocaïne est un stimulant majeur du système nerveux central, provoquant une euphorie intense chez le consommateur qui devient alors souvent très loquace et anormalement énergique. Elle occasionne également dilatation des pupilles, augmentation du rythme cardiaque et, parfois, des tics nerveux. Et les symptômes de la consommation d’amphétamines sont très semblables : augmentation d’énergie, capacité à dépasser la fatigue, impression de plus grande force physique et acuité intellectuelle… Bref, ces deux types de substances augmentent les capacités chez l’homme. Elles le rendent plus fort, plus intelligent et surtout plus sûr de lui…

Autant de qualités qui, si elles ne sont pas transcendantes aux yeux du grand public, semblent habiter certains candidats locaux et leurs équipes de campagnes, proches ou plus éloignées.

IR

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.