Temps de lecture estimé : 2 minutes

Evidemment, il ne s’agit pas faire de l’ingérence dans les affaires de Country Sint Maarten…

Mais force est de constater que l’irresponsabilité de nos voisins en matière d’environnement et de santé publique mériterait une intervention forte et émanant des strates les plus hautes de nos décideurs locaux et nationaux.

En effet, les incendies répétés, qu’ils soient volontaires ou accidentels, de la décharge à ciel ouvert de Pondfill produisent des nuages d’une fumée dont il serait intéressant de connaître la composition.

A titre de comparaison et si cela peut alerter a minima les autorités compétentes, voici ce que conclut un rapport publié dans Atmospheric Environment relatif à la toxicité des fumées dégagées dans le cas d’incendie de décharges : “En une minute, une personne respire autant de substances toxiques et de particules solides dangereuses qu’elle en aurait respiré en un an dans une ville polluée par les gaz d’échappement de véhicules et les émissions d’usines.”

A moins qu’à l’instar des nuages issus de Tchernobyl se heurtant aux infranchissables massifs montagneux de métropole ceux issus de ces incendies ne butent sur le Pic Paradis, la partie française de l’île de Saint-Martin est impactée par ses fumées et leur toxicité doit être considérée comme un risque évident vis-à-vis de la santé publique.

Notons qu’une étude américaine de 2016 indique que le lieu le plus toxique sur Terre se trouverait en Inde où les décharges en feu font partie du paysage urbain.

IR

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.