Temps de lecture estimé : 3 minutes

Le festival électoral est terminé et se traduit par la victoire de la Team Gibbs. Le Saint Martin’s Week lui souhaite bonne chance et réussite, car notre île a besoin de chance et de réussite.

Le Saint Martin’s Week sera et restera un observateur impartial mais sans complaisance, nous prendrons position sur les engagements, l’exécution du programme et la gouvernance de l’île.

Nous sommes et nous resterons un journal citoyen, engagé dans la communauté, avec la volonté de participer à l’évolution de notre société et le développement moral, culturel, politique et économique de l’île.

Cette victoire de la Team Gibbs 2017 apparaît comme celle de l’organisation, de la préparation. Les autres candidats ne se sont pas octroyés les moyens, l’équipe, la logistique nécessaires à une campagne électorale. Certes, le statut d’élu local et de député peuvent faciliter la préparation d’une campagne mais le temps des regrets, des promesses et des discours s’éteint.

La nouvelle gouvernance se heurtera à la réalité d’une collectivité en difficulté, des communautés à la recherche d’espoir, d’une société éclatée et d’une jeunesse en souffrance.

Il faudra prendre la mesure du défi et des enjeux avec cinq priorités :

  • la cohésion sociale : construire un projet de société, renouer le dialogue intercommunautaire pour que chaque citoyen se sente engagé. La référence à la simple appartenance à l’essence saint-martinoise, et les élections l’ont montré, n’a plus de sens mais celle de citoyen saint-martinois prend toute sa valeur. Créons le conseil des communautés afin que s’exprime l’ensemble des sensibilités et des cultures de l’île, la diversité montre notre richesse…
  • la gouvernance administrative : la collectivité n’exercera ses compétences, n’établira de partenariat équitable, n’affirmera son autonomie envers l’Etat, l’Europe, ses voisins, que si elle se dote d’expertise, d’une technostructure.
  • la réforme fiscale. Le rapport provisoire de la CTC indique que la fiscalité de Saint-Martin est injuste et inadaptée. Le rappel des chiffres marque une réalité incontestable : 39 millions d’euros prélevés en 200è, 60 en 2011, 105 en 2016 sur le seul périmètre de population et sur la même économie. L’argumentaire de non augmentation des taux reste fallacieux. J’en profite pour rappeler aux tenants de l’évolution statutaire leurs promesses : plus de développement, moins de charges et une meilleure gestion…
  • une relance immédiate de l’économie par l’investissement public et semi-public, avec une planification à 6 mois, à 2 ans et à 5 ans. La Collectivité devra privilégier l’innovation budgétaire, la maîtrise des charges de fonctionnement et la rationalisation de son budget.
  • enfin, ces lignes constituent un appel solennel : redonnez à notre île sa dignité, son honneur, sa fierté. Non, Saint-Martin n’est pas l’île de toutes les incivilités ! Saint-Martin, c’est aussi des entreprises qui réussissent, des jeunes qui s’exportent, des citoyens qui s’investissent, des associations qui agissent…

Monsieur le Président, l’économie, la gouvernance, le développement n’ont de sens que si nous avons le sentiment, la conviction d’appartenir à une même communauté, que si nous portons toutes et tous notre histoire et que si nous revendiquons notre avenir, ensemble et unis.

JPF

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.