Temps de lecture estimé : 2 minutes

Les  événements qui secouent le département français de la Guyane actuellement ne laisse personne indifférent à Saint-Martin, part de cette région Antilles-Guyane où tout peut basculer du jour au lendemain. La tension est déjà palpable en Guadeloupe et nous rappelle étrangement la situation qui a précédé le mouvement de grève générale de 2009. 

Joint par téléphone, le Sénateur Antoine Karam nous a donné son sentiment : “Je suis tout à fait favorable à ce mouvement, j’avais d’ailleurs interpellé à plusieurs reprises les gouvernements précédents sur la situation de la population guyanaise qui double tous les 10 ans et dont 50% des individus ont moins de 23 ans, la moitié d’entre eux n’a pas de travail et d’une manière générale, le taux de chômage atteint des chiffres record.

L’insécurité et la violence sont en constante progression, il y a eu 48 meurtres depuis le début de l’année. Les problèmes dus à l’orpaillage sauvage ne sont pas traités et c’est toute une partie de nos richesses qui part hors du territoire quotidiennement. Les réseaux d’eau et d’électricité sont en très mauvais état, voire inexistants (9 villages sur 22 n’en possèdent pas).

Que faire alors lorsque les demandes et les revendications de la population semblent être inaudibles par le gouvernement ?

Le mouvement de protestation s’est transformé en blocages et rien ne bougera tant que ne sera pas mise en place une démocratie participative, quoi de plus normal que dans cette situation les citoyens prennent la place des élus ? Nous sommes ouverts à toute forme de dialogue mais à condition qu’on nous envoie les bons interlocuteurs c’est-à-dire des Ministres qui soient à notre écoute, et pas seulement une simple délégation de fonctionnaires”.

Né à Cayenne, Antoine Karam est Sénateur de Guyane depuis 2014. Il fut successivement conseiller municipal de Cayenne (de 1977 à 2002), conseiller régional de la Guyane (de 1983 à 1986 et de 1992 à 2010) et  conseiller général de la Guyane de 1985 à 2015.

JMC

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.