Temps de lecture estimé : 2 minutes

Placés sous contrôle judiciaire à l’issue de leur comparution immédiate le 7 décembre – ils avaient demandé à être jugés ultérieurement afin de préparer leur défense – quatre jeunes dealers ont été jugés jeudi dernier par le tribunal correctionnel et condamnés à des peines de 12 à 18 mois de prison, dont 6 mois avec sursis.

Une trentaine de “transactions” constatée

En septembre 2016, à Grand-Case, les gendarmes du PSIG repèrent un trafic suspect du côté du “Block”, rue des Écoles, mais également rue des Palourdes. Ils mettent en place une surveillance, constatent une trentaine de transactions, identifient quatre individus, qu’ils interpellent le 5 décembre. Les prévenus étaient prudents et dissimulaient leur marchandise dans la rue. Une trentaine de grammes d’herbe et une dizaine de grammes de cocaïne emballés dans de petits sachets prêts à la vente ont été retrouvés – notamment grâce au chien détecteur de drogues – en divers endroits : sous le toit d’une boulangerie, contre un petit muret, dans un lambi posé par terre, dans un tube de M & M’s, derrière un barbecue… Mais aussi 13 grammes de cocaïne et 29 grammes de cannabis dans la voiture de l’un d’eux.

Des consommateurs identifiés aussi !

Une vingtaine de consommateurs ont été identifiés grâce à la vidéosurveillance et dix d’entre eux, entendus à la gendarmerie, ont confirmé l’existence de ce trafic et expliqué qu’ils téléphonaient à leur dealer pour fixer un rendez-vous et achetait leur sachet de cannabis 20 dollars. Deux d’entre eux ont reconnu les faits et s’efforcent de démontrer au tribunal qu’ils ont compris la leçon. L’un ne fume plus, l’autre passe son permis de conduire, fait du sport et produit une lettre élogieuse de son employeur. Le troisième nie les faits et dit ne pas se reconnaître sur les vidéos, alors qu’une caméra a nettement zoomé sur son visage et que ses empreintes digitales ont été relevées sur un sachet. Le quatrième, Haïtien, refuse de parler, mais c’est dans son véhicule que les stupéfiants ont été retrouvés et il semble avoir un rôle plus important que les autres. Son véhicule a été confisqué et, sa carte de séjour étant en cours de renouvellement, il est interdit de territoire français pour une durée de trois ans.

B.D

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.