Temps de lecture estimé : 2 minutes

Jugé le 23 février dernier par le tribunal correctionnel pour avoir entretenu une relation virtuelle et sexuelle sur Badoo et What’s App avec une fillette de 11 ans, l’homme a été condamné à 4 mois de prison avec sursis.

Il devra verser 500 euros de dommages et intérêts à sa victime et est dorénavant inscrit au fichier des auteurs d’infractions sexuelles. Bien que sachant qu’elle était en sixième, il lui avait demandé une photo de ses seins, lui avait envoyé une photo de son sexe et proposé de lui sucer la chatte.

Les échanges auraient pu continuer longtemps si la mère de la petite n’avait pas découvert la photo en question et déposé plainte à la gendarmerie. Être inscrit au fichier des auteurs d’infractions sexuelles signifie que cet individu devra justifier de son adresse une fois par an et informer la gendarmerie de tout changement d’adresse dans les 15 jours.

Ce fichier est accessible aux autorités judiciaires, aux officiers de police judiciaire spécialement habilités, aux préfets et administrations de l’État, aux maires et aux présidents de conseils régionaux et généraux par l’intermédiaire des préfets pour les recrutements dans les professions impliquant des contacts avec des mineurs.

B.D.


Le FIJAISV,qu’est-ce que c’est ?

Le FIJAISV est un fichier de sûreté qui recense l’identité et les adresses des personnes qui y sont inscrites et les oblige à justifier de leur adresse au moins une fois par an.

Les personnes inscrites au FIJAISV doivent déclarer tout changement d’adresse dans les 15 jours.

Les personnes condamnées pour les infractions les plus graves sont obligées de justifier de leur adresse tous les 6 mois, voire tous les mois si les juges l’ont décidé. L’idée est de pouvoir localiser ces personnes à tout moment.

Par ailleurs, ce fichier doit permettre d’éviter la récidive et faciliter les enquêtes de police et l’identification des suspects.

Bon à savoir

Le non-respect de ces obligations constitue un délit puni d’une peine d’emprisonnement de 2 ans et de 30 000 € d’amende au maximum.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.