C’est le projet qui nous a été présenté Jeudi dernier dans les bureaux de l’Education Nationale de Saint-Martin. Cette enquête s’inscrit dans le cadre des projets qui ont été initiés après la signature d’une convention en Août 2016 avec le Recteur de l’Académie de Guadeloupe et le Président de l’Observatoire de Saint-Martin/Sint-Maarten. 

Mr Michel Sanz, chef du service de l’éducation des collectivités d’outre-mer de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin et représentant du recteur, présidait cette réunion à laquelle assistaient le Docteur Louis Jeffry, président de l’Observatoire de santé transfrontalier Saint-Martin / Sint Maarten, Mr Arnauld Benet, directeur de l’Observatoire, les Docteurs Hélène Coutens et Elizabeth Thene, médecins scolaires des îles du Nord, Mme Mathilde Fougnies, infirmière scolaire de Saint-Barthélemy, Mme Séverine Boucau, infirmière scolaire de la cité scolaire Robert Weinum, Mr Andy Armognon, médiateur scolaire 1er degré et Mme Evelyne Fleming, chargée de mission de Mr Michel Sanz.

C’est une grande première car une telle enquête n’a encore jamais été lancée à l’échelon local pour mieux appréhender les problèmes de santé, d’addiction, de sexualité ou de maltraitance au sein de la population écolière et étudiante de l’île. Quelques actions ont bien été menées par le passé mais rien de concret n’avait pu aboutir en raison d’interventions peu  appropriées et trop souvent basées sur des impressions générales ou des “on-dits”. D’où la nécessité d’un constat sur la situation réelle des élèves afin de construire des projets positifs.

Cette enquête sous forme de questionnaire anonyme (sur tablette) a été élaborée par une équipe de spécialistes lors de réunions pilotées par Evelyne Fleming. 500 élèves seront choisis de façon aléatoire dans des classes de maternelle grande section, CM1, 5ème et 2nde et devront répondre (ou pas) aux questions posées avec l’aide de leurs parents pour les plus jeunes, ou avec l’aide d’un agent extérieur s’ils le désirent. Les questions posées seront très ciblées selon les tranches d’âges visées et selon le lieu (un élève de 5ème de Saint-Barth n’aura pas les mêmes questions qu’un élève de maternelle de Saint-Martin par exemple).

Ensuite, les réponses seront recoupées, analysées et expertisées afin de mieux comprendre les écoliers et afin de définir les bonnes pratiques à mettre en œuvre pour améliorer la santé des jeunes au sens large du terme (hygiène, environnement, comportement, dépendances, famille, etc…). Toutefois certaines questions sensibles risquent d’être évitées, comme par exemple la sexualité ou la consommation de drogues, mais aucune obligation de réponse ne sera imposée, et il appartiendra ensuite aux analystes d’étudier les résultats en tenant compte de cela afin d’obtenir une vraie photographie de la situation réelle en matière de santé, d’en tirer les conséquences et de mettre en place des actions efficaces dès la prochaine rentrée scolaire.

Cette enquête se déroulera sur 3 semaines à partir du 9 Mai, 20 établissements scolaires  et un peu moins de 9.000 élèves sont concernés, un suivi sur 3 ans sera ensuite réalisé afin de constater l’évolution de chacun  et de réajuster les  actions mises en place au sein de chaque établissement. Il est bon de noter que les écoles et collèges qui ne sont pas sous contrat avec l’Education Nationale ne seront pas inclus dans cette grande enquête dont les résultats seront connus avant la fin de l’été. JMC

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.