Dans un monde en accélération permanente, où les cerveaux des individus ont tendance à spinner tel des électrons, la quête de la quiétude spirituelle et de la sérénité devient prégnante : il y a urgence à être bien dans ses pompes.

In fine, le même état d’urgence qui oppresse la vie vient s’immiscer dans le besoin de zénitude qui en deviendrait lui aussi presque oppressant.

Prenons simplement le cas d’Andy Puddicombe, ex-moine bouddiste formé dans l’Hymalaya, devenu co-fondateur d’une start-up qui vend de la méditation façon fastfood… n’y a-t-il pas une barrière éthique qui aurait été franchie entre ce que l’on percoit nous occidentaux du bouddhisme et de l’état de moine, de la cause tibétaine si intimement liée, et la start-up “HeadSpace” évaluée à 250 Millions de dollars ? Est ce que l’accès au bonheur personnel par la méditation dans un certain esprit de simplicité est compatible avec l’ascencion fulgurante qui permet de léviter au dessus d’un demi-million d’abonnés payants et de 11 Millions de téléchargements d’une application pour smartphones…

Et enfin et surtout, est-il possible de détacher la cause tibétaine de la pratique du bouddhisme !

Prenons donc le temps de méditer la dessus et gratuitement.

IR

Commenter avec Facebook
- Publicité -

Réagir à l'article

Please enter your comment!
Please enter your name here