Temps de lecture estimé : 3 minutes

Annoncée depuis la mi-Mars, la braderie de Marigot s‘est tenue comme prévue Vendredi et Samedi derniers mais n’a pas eu le succès escompté, loin s’en faut même si elle fût néanmoins profitable aux commerçants. 

La braderie, comme pour panser les plaies des travaux et de la morosité 

“Peu de choses sont impossibles à qui est assidu et compétent… Les grandes oeuvres jaillissent non de la force mais de la persévérance.” Samuel Johnson
Organisée par l’AEC (Action Économique Citoyenne) qui ne peut être considérée en défaut sur ce point, la braderie de printemps était attendue cette année comme un véritable événement qui devait renouer avec les traditionnelles braderies qu’organisait l’ACM (Association des Commerçants de Marigot) puisque cela faisait 3 ans que l’on n’avait plus vu la rue du Général De Gaulle devenir piétonne toute la journée du Samedi pour cette occasion. Mais la volonté de bien faire des uns a été contrariée par une inertie administrative qui jusqu’au 31 Mars dernier n’avait pas produit les autorisations nécessaires au bon déroulement de la manifestation.

Un retour de l’évènement in extremis

Zèle de dernière minute, ou négligence savamment orchestrée pour savonner la planche du changement de mandature ? Toujours est-il qu’il a fallu l’intervention d’un membre du conseil territorial fraîchement nommé la veille pour que la situation se débloque comme par enchantement Lundi 3 Avril, rendant possible la tenue de la braderie et l’ouverture aux piétons de la rue. Un peu court pour tout organiser et les candidats à l’exposition avaient pour la plupart joué la sécurité en réservant un stand ailleurs, d’autant plus que des braderies étaient également organisées ce même week-end à Bellevue, à Howell Center et au West Indies.

Mais on bradait dans tous les coins !

A cet égard, c’est sans doute l’occasion de s’interroger sur l’opportunité d’un rapprochement entre les différentes associations de commerçants afin de pouvoir proposer des événements synchronisés et complémentaires plutôt qu’une offre similaire dans des lieux différents afin de lutter contre la dilution.

Malgrés les efforts consentis et l’énergie de dernière minute déployée, la braderie du centre ville de Marigot n’est pas parvenue à atteindre le niveau espéré.

Des exposants tristounets

Malgré la musique et les animations pour les enfants, les badauds ne se sont pas précipités comme d’habitude pour la chasse aux bonnes affaires et les exposants présents faisaient grise mine, certains d’entre eux ne réalisant même pas un chiffre d’affaire suffisant pour régler le prix de leur emplacement.  En visite sur place, le Président Daniel Gibbs n’a pu que constater le peu d’enthousiasme qui régnait à Marigot ce week-end. En effet, cette fête était loin de revêtir les couleurs du printemps, tout comme le ciel de ce Samedi resté désespérément gris toute la journée. La prochaine fois peut-être…

JMC

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.