Jeudi 6 avril, le président de la collectivité régionale de Guadeloupe, Ary Chalus, a rencontré une délégation de l’UGTG conduite par son secrétaire général, Elie Domota afin de discuter du respect des clauses sociales dans les marchés publics lancés par les collectivités locales et l’Etat.

DOMOTA et l’UGTG : le combat pour l’emploi local

Concrètement, il s’agissait pour le syndicat d’obtenir la garantie que l’emploi des Guadeloupéens sur les grands chantiers serait privilégié dans le cadre des marchés publics “souvent remportés par des entreprises internationales qui arrivent en grande partie avec leur personnel, privant les Guadeloupéens de précieux emplois.”

Chalus sensible à la problématique

La rencontre a été provoquée notamment autour de la construction du centre hospitalier universitaire, chantier où selon l’UGTG trop d’entreprises internationales interviennent sans avoir recours à l’emploi local pourtant qualifié.
“Ary Chalus s’est montré lui aussi très sensible à cette préoccupation de recourir à l’emploi local sur ces grands chantiers et tout particulièrement à l’emploi des jeunes Guadeloupéens. Le Président de Région a d’ailleurs, d’ores et déjà, intégré ces bonnes pratiques aux modalités de passation des marchés par la Région Guadeloupe, pour l’embauche de Guadeloupéens notamment ceux en situation d’exclusion. La réglementation le permet et prévoit même qu’une partie de la commande publique d’une collectivité puisse être réservée à des entreprises d’insertion ou à des coopératives. Dans un récent marché que la Région a lancé, elle a fait figurer l’obligation pour l’attributaire de recruter des jeunes en contrat d’alternance.”

Thème de campagne à Saint-Martin

A Saint-Martin, la discrimination positive et la préférence locale restent des sujets sensibles tant la définition du “local” reste ici complexe.

De même, le tissu socio-économique et la répartition des “compétences” sont de telle sorte globalement si stratifiées et cloisonnées que la mise en oeuvre de ce que permet la loi en la matière n’a jamais été ouvertement assumée.

Pour autant, au regard de l’espace occupé par ces thématiques durant la campagne territoriale, pendant qu’en Guyane le torchon brûle et que le détachement de travailleurs européens fait débat en métropole, ne doutons pas que ces questions s’invitent rapidement à la table de la gouvernance locale.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.