Temps de lecture estimé : 2 minutes

L’histoire est compliquée. Le 1er avril 2015, en début d’après-midi, plusieurs coups de feu sont échangés non loin de la rue de Hollande. Sur les lieux, les gendarmes retrouvent une dizaine d’impacts de balle, sur une voiture, des murs, un compteur EDF, mais également de nombreuses douilles sur le sol. C’est un miracle que personne n’ait été blessé.

Des proportions incroyables

Les tireurs se sont envolés, mais les témoins racontent que tout est parti d’une altercation au sujet d’un adolescent connu pour voler dans le quartier et qui en voudrait à deux frères, âgés de 25 et 30 ans, parce que l’un d’eux lui aurait fait la leçon. Mais il leur reprocherait aussi de lui avoir volé son scooter…

Deux des jeunes impliqués sont mineurs, ont été entretemps emprisonnés pour un braquage à Quartier d’Orléans et ont été extraits de leur prison pour être jugés sur cette affaire le mois dernier par le tribunal des enfants. Quatre protagonistes majeurs ont été placés sous contrôle judiciaire à l’issue de l’enquête et étaient convoqués au tribunal correctionnel jeudi dernier, mais trois seulement étaient présents, dont les deux frères.

Conflits d’usage et dérapages

Après de plus amples explications, il apparaît que la maison de famille des deux frères est située entre la rue de Hollande et la rue Saint-James, que leur chemin privé est régulièrement utilisé comme raccourci entre les deux rues et qu’ils ont fait savoir qu’ils aimeraient que cela cesse. Le motif peut sembler futile, mais il a semble-t-il suffi avec le supposé vol de scooter pour déclencher cette scène de Far West hallucinante.

La prison pour les cowboys

Le parquet a requis 18 mois de prison pour l’un des tireurs, 1 an pour l’autre et laisse la condamnation des deux frères à l’appréciation souveraine du président du tribunal. Le jugement a été mis en délibéré au 11 mai prochain.

BD

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.