Né en 1962 dans le département de la Drôme, Patrick Lapierre se considère désormais comme un saint-martinois, il faut dire que cela fait 23 ans qu’il vit et travaille sur l’île, alors forcément on prend des habitudes et personne ne peut ignorer l’existence de Lapierre’s Marble, un des fleurons de l’artisanat local à Hope Estate. 

Actif… très tôt !

Lorsqu’on lui demande comment il en est arrivé là et s’il possède des diplômes, il a pour habitude de répondre : ”Bac moins 3”. En effet, devenu artisan professionnel dès l’âge de 18 ans avec en poche une formation de carreleur mosaïste, il va vite réaliser que tout est possible à qui rêve, ose, travaille et n’abandonne jamais.

Il s’est marié assez jeune et 2 enfants sont nés de cette union qui perdure toujours, à la grande fierté du principal intéressé qui ne cache pas sa joie d’être 7 fois grand-père, mais l’envie d’aller voir si les prairies sont plus vertes ailleurs le démange déjà et c’est avec toute sa petite famille qu’à la fin des années 80, il débarque un jour à Saint-Martin persuadé qu’il y a une place à prendre ici et bien décidé à ne pas la laisser passer.

Equipé pour s’accrocher au rocher

Après quelques aller-retours Métropole/Antilles, Patrick Lapierre qui a pris soin d’apporter avec lui quelques outils pour exercer son métier, se fixe définitivement à Saint-Martin pour entamer un parcours dont il ne connaît pas d’avance l’itinéraire précis. Rapidement, il est apprécié et reconnu par la qualité de son travail mais c’est “un combat quotidien” comme il aime à le répéter souvent, pour se maintenir à flots et pour évoluer dans un domaine où la moindre fausse note peut vous ramener au point de départ sans aucune pitié.

Alors, avec acharnement et persévérance, il avance pas à pas résolument tourné vers l’avenir en osant parfois casser les codes convenus. Son entreprise prenant de l’importance, il va investir dans des machines numériques, ce qui n’est pas monnaie courante même encore de nos jours pour un modeste artisan tel que lui, mais Lapierre’s Marble spécialisée dans la découpe sur mesure de matériaux nobles, se veut résolument tournée vers l’avenir et au service d’une clientèle exigeante. Patrick est d’ailleurs souvent sollicité pour ses talents de designer par des clients qui lui donnent carte blanche pour réaliser une salle de bain ou un intérieur toujours plus étonnant, mais toujours en adéquation avec le feeling ressenti au premier contact. Il se laisse alors parfois aller à des petites folies artistiques dont lui seul à le secret, car les cordes qu’il a à son arc sont nombreuses et sa passion pour l’art ne l’a jamais quitté, bien au contraire.

Un showroom pour l’art et l’artisanat

Depuis plus de 10 ans maintenant, son showroom de Hope Estate ressemble davantage à un musée qu’à un traditionnel hall d’exposition et l’on peut y admirer tout au long de l’année les œuvres d’artistes locaux qui trouvent là un lieu d’accueil permanent. Il n’est pas rare d’y croiser Cindy Choisy, Mickaël Doudeau ou Jean-Michel Lengrand qui sont ici comme chez eux et les vernissages réguliers qui s’y déroulent sont toujours des évènements et des rendez-vous importants que ne manquerait pour rien au monde le “Tout Saint-Martin”.

Patrick Lapierre apporte ainsi sa contribution avec le sentiment de rendre un peu ce qui lui a été donné : “Saint-Martin m’a accueilli, aidé et permis de travailler, je lui dois au moins cela”  précise-t-il avec humilité. “Je pense que cette île regorge de talents qui sont autant d’atouts pour elle, ne les négligeons pas et mettons-les en valeur, de même qu’il faut absolument préserver notre patrimoine culturel et architectural qui tend à disparaître. Aider l’art sous toutes ses formes, c’est nous donner une chance de vivre mieux et plus longtemps”.

Innover, créer, inventer ou réinventer !

Également soucieux de l’environnement, Patrick souhaiterait par exemple que nous nous tournions vers des énergies moins polluantes et que Saint-Martin soit plus propre aussi, il ne cache pas sa satisfaction de voir se mettre en place une nouvelle équipe aux commandes de la Collectivité qui selon lui devrait faire bouger les choses et améliorer l’image de marque de la Friendly Island. “Tout est bon pour renvoyer une image positive, prenez le SXM Festival par exemple : c’est formidable ! Ce sont des évènements comme celui-ci qui contribuent à nous faire connaître, il faut continuer dans cette direction et travailler pour un avenir meilleur”.

Un vice : les bagnoles ! 

A propos d’avenir, la tête de Patrick Lapierre fourmille de projets, il voudrait parvenir à rassembler tous les passionnés d’automobiles qui vibrent pour le tuning et la customisation haut de gamme, mettre en place une sorte de pôle créatif qui permettrait de voir ressortir sur nos routes des véhicules restaurés qui dorment actuellement dans des garages par manque de professionnels ou d’amateurs éclairés qui les mettraient en valeur.

L’art, les voitures ou l’artisanat, pour Patrick Lapierre tout est une question de passion et il est plus que jamais déterminé à faire tout ce qui est en son pouvoir pour que “le Made in Saint-Martin rayonne partout à travers la Caraïbe et pourquoi pas, à travers le monde, il suffit de s’en donner les moyens”.

JMC

Commenter avec Facebook
- Publicité -

Réagir à l'article

Please enter your comment!
Please enter your name here