Temps de lecture estimé : 3 minutes

Si ce week-end de 4 jours a été moins propice que d’habitude au camping en bord de mer à cause d’une météo bien peu compréhensive, il n’en demeure pas moins que la fréquentation des plages a tout de même laissé quelques traces dont on se serait bien passé.

Le sujet est un véritable marronnier et si l’on peut s’enorgueillir à outrance des progrès réalisés depuis quelques années, il n’en reste pas moins que la route est encore longue avant qu’il ne trouve plus d’espace en nos colonnes.

Malgré les appels au civisme et à la compréhension, il semblerait que la plupart de ceux qui ont fait la fête sur les rivages pour respecter la tradition ont poussé la perfection jusqu’à laisser leurs détritus sur place de façon toute aussi traditionnelle, comme en témoignent les quelques clichés pris Mardi matin après le départ des derniers fêtards.

Bouteilles et canettes vides, sandales dépareillées, papiers gras, plats en aluminium, sacs en plastique, objets divers et variés ont été abandonnés à même le sable ou dans l’eau ainsi que dans l’herbe aux abords des plages…

Pourquoi ne pas avoir fait l’effort de les ramasser en partant ? Nul ne sait, il semblerait qu’un récipient vide soit plus lourd et encombrant à transporter que lorsqu’il est plein, les lois de la physique ne sont sans doute pas universelles.

Si certains ont consenti à remplir les sacs poubelles dont ils disposaient, bien peu ont cru bon les ramener chez eux ou vers le container le plus proche préférant les jeter aux alentours ou les accrocher aux arbres, car en effet les bacs en bois prévus à cet effet sur les sites concernés ont vite été saturés.

A ce propos, il est d’ailleurs étonnant de constater que les services de la Collectivité n’aient pas anticipé en déposant davantage de container-poubelles sur les lieux stratégiques sachant très bien comment cela allait se passer. C’est d’ailleurs sous ce (faux) prétexte que les campeurs ont encore une fois souillé les plages sans complexes :
Nous n’avons pas de poubelles où déposer nos ordures, alors on laisse tout sur place”.

S’il est important de marteler avec virulence qu’il faut respecter Saint-Martin à grand coup de formules chocs, il est par contre fondamental de commencer à appliquer ces formules, ne serait-ce que pour une question de légitimité qui ne coule pas forcément de source…

Selon l’étymologie, le mot “Pâques” signifie “passer au dessus.” Effectivement, c’est ce que beaucoup ont fait, en passant au dessus de toutes ces considérations inutiles, mais alors bien, bien au dessus !

JMC

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.