Temps de lecture estimé : 3 minutes

Emmanuel Macron : “J’adresse aux nations du monde le salut de la France fraternelle.”

Quelques chiffres Nombre d’inscrits 47 468 588 millions de personnes sont inscrites sur les listes électorales et dont 1,3 million de Français établis hors de France de l’étranger sur les listes consulaires. nombre de bureauX 69 000 bureaux de vote (métropole et outre-mer) et 864 à l’étranger. Taux de participation 74,56 % En 2017, 79,66 % en 1995, de 79,71% en 2002, de 83,97% % en 2007 et de 80,35 % en 2012.
Il entrera donc à l’Elysée le 14 mai avec un ambitieux projet de réforme des institutions et de la vie politique bâti sur des mesures qui empruntent à la fois à la gauche en laquelle il ne se reconnaissait plus et à la droite dont il est souvent semblé trop proche dans ses idées.

Toutefois, le nouveau chef de l’Etat va encore devoir patienter (au moins) jusqu’aux prochaines législatives avant de pouvoir réellement mettre en oeuvre ses premières mesures. En effet, les députés sortants ne siègent plus depuis fin février, la fin de la législature est fixée au 19 juin Et même s’ils étaient convoqués avant cette date pour légiférer sur une proposition du nouveau gouvernement, la majorité ne serait pas acquise et il serait difficile pour Emmanuel Macron de respecter son engagement “d’aller vite dans la mise en oeuvre de son programme”.

Pour autant, le Président s’est engagé à préparer en priorité un texte majeur sur la moralisation de la vie publique avant juin, pour qu’il soit “connu de tous les candidats et donc de tous les futurs parlementaires” qu’il entend poser sur le bureau de l’assemblée nationale dès sa reprise d’activité le 27 juin et qui concerne directement les parlementaires. Ainsi, le projet de loi sur la moralisation devrait s’attaquer notamment à :

  • le renouvellement de la classe politique en interdisant aux parlementaires de briguer plus de trois mandats consécutifs
  • l’exemplarité des élus en interdisant les emplois familiaux pour les élus et les ministres
  • la lutte contre les conflits d’intérêts en interdisant aux parlementaires d’exercer une activité de conseil parallèlement à leur mandat
  • l’évaluation des politiques publiques en réduisant le nombre de lois afin de laisser plus de temps au parlement d’exercer sa fonction de contrôle de l’action du gouvernement

Parmi les autres priorités du nouveau Président de la République figurent la relation franco-allemande, la limitation du nombre d’élèves en classes de CP et CE1, la mise en place d’une cellule de coordination du renseignement contre le terrorisme, la réforme du code du travail et la création d’assises de l’outre-mer.

Mais avant, il s’agira surtout de composer un gouvernement fédérateur et cohérent d’une part et tenter de s’assurer une majorité présidentielle à moins que notre jeune Président ne pousse l’audace jusqu’à inventer une nouvelle solution…

IR

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.