Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le Commandant Manzoni et le Capitaine Ravier sont donc parvenus à un accord de collaboration avec les membres de “Trait d’Union”, Mme Bordas et le président de l’association, Mr Thévenet.

Le but premier de ce partenariat est la mise en place d’une aide aux victimes efficace et opérationnelle. L’accompagnement, le soutien psychologique, l’aide pour effectuer des démarches ou encore pour mieux comprendre les procédures seront ainsi facilités pour des victimes qui sont souvent perdues pour faire face à une situation difficile.

Dans un premier temps, 2 points de contacts vont être créés dans les locaux des gendarmeries de Marigot et de Quartier d’Orléans qui vont permettre aux victimes d’obtenir une aide précieuse quel que soit le préjudice qu’elles ont subi. Ce type de service existe déjà à l’hôpital ou au Manteau mais cette fois-ci, la proximité et l’interaction avec les services de gendarmerie seront bénéfiques pour tous.

En effet, il arrive parfois que des victimes ne veuillent pas porter plainte, comme c’est souvent le cas pour les violences intrafamiliales par exemple, alors qu’ici tout se fera sous couvert de confidentialité sans qu’aucune action policière ne vienne interférer le dialogue établi avec l’association. Une mise en confiance et un climat d’apaisement seront les maîtres-mots des accueillants qui sauront prodiguer des conseils indispensables pour la réparation du préjudice.

Les membres de cette association qui existe depuis plus d’un an maintenant, sont tous juristes ou spécialistes du droit et pourront ainsi apporter leur soutien et leur expérience pour le choix de l’avocat ou pour définir le montant du dédommagement  qu’il est parfois difficile de définir avec précision. Toutefois, Jean-Marie Thévenet reconnaît qu’il manque cruellement d’un ou plusieurs psychologues qui pourraient apporter leur contribution au système (l’appel est lancé).

Les victimes trouveront désormais une oreille attentive et c’est certainement le point le plus important.

En effet, la froideur du processus des services de gendarmerie qui peut parfois rebuter ne sera plus un frein pour les personnes qui hésitent souvent à faire connaître les dommages dont elles sont victimes. Bien entendu, cette collaboration sera utile pour avoir des informations sur certaines formes de violence non révélées auparavant.

Dans un premier temps la permanence de Marigot sera accessible tous les premiers lundis de chaque mois et celle de Quartier d’Orléans tous les troisièmes lundis après-midi. Un numéro de téléphone est également disponible pour prendre rendez-vous si besoin est : 0690 888 288.

JMC

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.